La Belgique face à l’occupation en 1942 #2

Texte écrit par Emryk Beaudry et Mathieu Hodgson

L’Occupation de la Belgique par les troupes allemandes est une variable importante dans le maintien de l’ordre d’un pays. Les ressources deviennent celles de l’ennemi et les lieux de productions peuvent devenir la cible de sabotage encouragée par le patriotisme des habitants locaux. La condition inhabituelle qu’est celle de l’occupation allemande rend difficile la définition d’une ligne entre ce qui est bien et ce qui est mal. La justice locale doit maintenant faire face à des actes qui en temps de paix seraient considérés comme des crimes, mais qui durant la guerre prennent une tournure différente. Comment les policiers doivent réagir devant des crimes de résistance comme des incendies et des vols à main armés qui ont des effets négatifs sur les gains des Allemands en Belgique? Comment les policiers peuvent-ils faire la justice lorsqu’un collaborateur est attaqué par des patriotes belges? Toutes ses questions sont des notions qui entrent en jeu en Belgique lors de l’occupation allemande.

En Belgique, en plus des vagues d’attentats communistes et de l’organisation de nombreux groupes de résistances, un événement a particulièrement affecté la vie des citoyens sous l’occupation allemande pendant l’année 1942. Cet événement est le travail obligatoire, qui se sépare en deux phases. En raison du contexte militaire et du besoin de main-d’œuvre, le 6 mars 1942, une ordonnance de l’occupant nazi instaure le travail obligatoire au plat pays, alors que la politique initiale des Allemands était basée sur le travail volontaire des Belges. Pratiquement tous les Belges sont susceptibles d’être affectés par cette mesure, mais les principaux secteurs qui emploient ces travailleurs obligés sont les transports, la construction, la métallurgie et les mines. La puissance occupante avait d’abord promis à la population belge que personne ne serait forcé de travailler dans le nord de la France, qu’aucun travailleur ne serait obligé à des activités de natures militaires et que cette ordonnance n’était en rien un prélude à l’instauration du travail obligatoire en Allemagne. Toutefois, l’Allemagne laissera tomber ses promesses une par une jusqu’à ce que le 6 octobre 1942, une nouvelle ordonnance déclare le travail obligatoire en Allemagne. Au point culminant de la présence de travailleurs forcés en Allemagne, en juillet 1943, ils étaient 310 000 Belges employés sur le territoire allemand. Un autre fait à noter est que 1942 est aussi l’année ou débute réellement la stigmatisation des juifs en Belgique occupée. En effet, c’est en 1942 que sont mises sur pied des mesures qui vont à l’encontre des juifs dans les territoires occupés. L’une des premières et des plus marquantes est l’imposition du port de l’étoile de David pour tous les juifs de Belgique, à partir du 27 mai 1942. Malgré les efforts de la résistance pour sauver des juifs belges d’une mort certaine et l’indignation d’une grande partie du peuple belge, entre 24 000 et 28 900 juifs belges seront tués par les nazis, soit à peu près 27 % de la communauté juive du pays.

Le contexte en Belgique connait plusieurs changements au cours de la guerre avec l’occupation allemande, dont le travail obligatoire expliqué plus tôt. La présence d’autorité étrangère sur le territoire le système policier belge devra faire face à de nouvelles règles mises en place par les occupants. Bien que les Allemands soient en contrôle de la Belgique, elle fera promesse à la justice belge que les autorités allemandes n’interviendraient pas dans les affaires belges1 . C’est du moins ce que laisse présager la lettre envoyée au procureur général de Liège le 8 octobre. Dans cette lettre, la police allemande annonce qu’elle ne sera plus impliquée dans les affaires policières qui touchent tous les crimes qui ne sont pas commis contre des membres de l’armée allemande. Ce contexte de non-implication de la justice allemande dans les affaires belges laisse-t-il place à des relâchements de la police belge envers les crimes commis dans un certain patriotisme? Cette promesse de non-intervention de la part des Allemands serait-elle un facteur décisif dans les actions prises par la police belge lors d’intervention envers des actes qu’ils croient criminels?

La présence d’une autorité qui guette les gendarmes belges

L’occupation donne lieu à des actes de patriotisme en plus de la criminalité ordinaire, mais aussi à la crainte chez les gendarmes qui sont sous le regard des forces allemandes. Les gendarmes devront rester fidèles aux occupants tout en restant fidèles à leur valeur qui peut les influencer autrement. La peur de la Gestapo reste cependant un facteur qui touche les gendarmes, ces derniers vont parfois chercher à protéger ou à masquer les actes de patriotisme, mais ils devront tout de même s’assurer que les forces allemandes ne décident pas autrement. Mais les gendarmes doivent aussi s’assurer de faire la discussion entre ce qui est vrai et ce qui ne l’est pas, les crimes peuvent être montés comme c’est le cas dans le texte de Colonel Willy Van Geet qui mentionne un rapport falsifié qui concerne un homme armé qu’on décide de négliger lors du rapport qui est finalement un homme de la Garde flamande. Ce rapport falsifié mènera à l’arrestation des gendarmes impliqués dans l’affaire2 .

Les rapports de la gendarmerie peuvent en dire long sur les pratiques des officiers belges lors de l’occupation. Ces documents tiennent en mémoire des événements et des détails qui peuvent permettre de comprendre le comportement des gendarmes durant cette période sombre de la Belgique.

Les rapports de 1942

Les rapports de police peuvent nous en apprendre beaucoup sur la guerre, ceux de 1942 par exemple vont offrir des éléments qui concernent les agissements et les mesures prises par les forces de l’ordre durant l’occupation. On peut remarquer une récurrence de la non-action des gendarmes en cas d’incendie criminel alors que dans environ une dizaine de rapports d’incendie déclaré dans une ferme, il est possible d’y lire que les recherches sont sans résultat et que les suspects sont inconnus. Les gendarmes ne sont donc pas en mesure de trouver des suspects malgré la présence de 3 rapports qui donne un nombre spécifique d’individus. Les rapports de la police mentionnent souvent la raison d’un acte criminel sans développer ou même avancer que des recherches ont été approfondies pour trouver des suspects.  Ces rapports peuvent témoigner du patriotisme qui affecte les gendarmes à laissez-passer des actes qui sont nuisibles pour les occupants qui comptent sur ses ressources. Le sabotage de ressources est probablement un des actes de résistance sur lequel les gendarmes tournent le plus souvent les yeux alors que les actions prises sont très rares. Il faut cependant prendre de telles informations avec un certain recul. Le feu est ravageur et les preuves peuvent être difficiles à retrouver après un incendie. Il serait possible que les gendarmes ne soient pas en mesure de trouver de coupables pour ces incendies. Les rapports qui ne déterminent pas de suspects ne sont donc peut-être pas une preuve qui peut démontrer que les gendarmes cherchent à ne pas réagir aux crimes qui sont commis par des résistants. Les apparitions fréquentes d’incendie dans les rapports témoignent d’une certaine volonté locale à ralentir ou à nuire aux occupants alors que les circonstances de ces incendies ne laissent pas croire qu’il pourrait s’agir d’accident. Les rapports de police peuvent donc être des ressources utiles lorsque l’on cherche à évaluer l’effet de l’occupation allemande sur le taux d’actes criminels qui ont lieu dans les villes et les villages.

Conclusion

En conclusion, la Belgique est face à des complications internes qui influencent grandement les actions entreprises par la résistance. Les gendarmes ont beaucoup de pression sur leurs épaules et sont soumis à un vrai dilemme. Être fidèles à l’occupant ou être fidèles à leur population. Peut-être que c’est par manque de moyen ou de fidélité, mais ce qui est certain, c’est que les gendarmes n’enquêtent pas énormément sur les attentats.

Pour aller plus loin

Kesteloot, Chantal. « 6 mars 1942. Le travail obligatoire, première phase. », Belgium WWIIhttps://www.belgiumwwii.be/belgique-en-guerre/articles/6-mars-1942-le-travail-obligatoire-premiere-phase.html. (Page consultée le 22 mars 2022)

Luyten, Dirk, « Travail obligatoire, deuxième phase », Belgium WWII. https://www.belgiumwwii.be/belgique-en-guerre/articles/travail-obligatoire-deuxieme-phase.html (Page consultée le 22 mars 2022)

Schram, Laurence, « Étoile de David », Belgium WWII. https://www.belgiumwwii.be/belgique-en-guerre/articles/1942-05-27-etoile-de-david.html. (Page consultée le 22 mars 2022)

Van Geet, Colonel Willy. La gendarmerie sous l’occupation, Braine, Éditions J.M. Collet, 1992, 203 p.

  1. Colonel Willy Van Geet, La gendarmerie sous l’occupation, Braine, Éditions J.M. Collet, 1992, p. 117. []
  2. Ibid., p. 118. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.