Introduction : la résistance en Belgique lors de la Seconde Guerre mondiale #2

Texte écrit par Miguel Baron

Lors d’une occupation d’une puissance sur un pays, il y a forcément des actes de résistance interne. Ces actes sont souvent influencés par des événements extérieurs, mais aussi par des événements intérieurs. C’est notamment le cas avec la Belgique.

Grâce aux archives des gendarmes de l’époque, il est intéressant de faire un parallèle avec les événements extérieurs et d’analyser la gravité des actes d’attentat ou de sabotage intérieur pour voir s’ils étaient influencés par les ces dits événements. Malheureusement, les archives restent somme toute brèves. Elle ne nous explique pas pourquoi tel acte est posé et ne nous explique pas le contexte de la guerre. Les archives ne font pas de liens, c’est donc à nous de les faire pour bien comprendre les intentions derrière les actes de résistances. Néanmoins, avoir accès à ces sources permet de visualiser concrètement les actes commis et de bien les analyser. Pour faire ce parallèle, le texte traitera le contexte de la guerre 1942, lors du début de l’occupation de la Belgique. Ensuite, voir comment la Belgique réagit à cette occupation. Pour finir avec les années 1943 et 1944 qui représentent des années décisives par l’intensité des actes commis.

Liens des articles suivants :

Contexte de la Guerre : 1942 #2

La Belgique face à l’occupation en 1942 #2

Des années décisives, 1943-1944 #2

 



Citer ce billet
etudiant2 (2022, 25 avril). Introduction : la résistance en Belgique lors de la Seconde Guerre mondiale #2. Histoire de l’Europe à Trois-Rivières. Consulté le 17 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/pjfu

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.