Germinal, adaptation de Claude Berri

Texte écrit par Justin Chauvette

Au cours du 19e siècle, deux révolutions industrielles changent le monde européen.  Parmi tous les pays touchés, la France. Comparée aux autres pays, la France ne se démarque pourtant pas autant que la Grande-Bretagne, la Belgique ou même l’Allemagne. Quand Émile Zola a écrit le livre Germinal en 1884, celui-ci avait pour but de dénoncer les injustices de l’époque présentes dans les industries minières. Dans ce billet de blogue, nous étudions les différentes formes de luttes présentes dans le livre de Zola. Principalement, nous abordons les formes de pensées présentes dans Germinal qui représentent les différentes formes de lutte de l’Europe du 19e siècle. 

Afffiche du film. On reconnait Lantier (le chanteur Renaud au premier plan). Source : https://mediafilm.ca/1993/germinal

Tout d’abord, pour mieux comprendre le contexte autour des formes de luttes amenées dans l’œuvre de Germinal, il est important de comprendre l’histoire du livre. Tout commence avec Étienne Lantier, un chômeur ayant voyagé jusque dans le nord de la France après son renvoi de son ancien travail, et celui-ci cherche du travail à Montsou. Ainsi, il devient l’élément déclencheur du livre, car son passé va vite le rattraper. Chaleureusement accueilli par le maitre de la famille Maheu (Toussaint), Étienne se trouve rapidement un travail dans les mines de charbon. C’est de cette manière qu’il rencontre Catherine, la fille de Toussaint Maheu. L’histoire suit, de cette manière, la progression de l’esprit de révolte chez les miniers de Montsou et le changement apporté par cette révolte dans la famille Maheu. Certes, l’histoire de Zola ne suit pas de faits réels arrivés à Montsou, mais celui-ci va s’inspirer de divers faits pour écrire son ouvrage, car comme le démontre le texte de Thomas Le Roux L’émergence du risque industriel (France, Grande-Bretagne, XVIIIe-XIXe siècles) (( THOMAS LE ROUX. « L’émergence du risque industriel (France, Grande-Bretagne, XVIIIe-XIXe siècles) », La découverte, 2014, vol. 4, n. 249, 3-20)), les dangers sur les lieux de travail durant ces deux siècles ne sont pas rares. 

Ainsi, trois formes d’idéologies ou de luttes collectives sont représentées dans ce livre. Le courant qui a marqué le plus le 19e siècle et qui est le plus présent dans Germinal est le communisme. Dans l’ouvrage, Étienne va « importer » cette idée dans le camp minier et amener les employés à se révolter. Ses idées auront plusieurs influences auprès de ces proches comme le démontre ce moment du texte avec Toussaint pour exprimer sa colère au patron : « […] Nous voulons seulement la justice, nous sommes las de crever de faim, et il nous semble qu’il serait temps de s’arranger, pour que nous ayons au moins du pain tous les jours » ((ÉMILE ZOLA. Germinal. Italie, Grafica Veneta, 2017, p. 258)). Zola réussit son jeu en représentant le communisme sous toutes ses formes. Les difficultés minières et les rassemblements pour s’entraider sont présents dans le livre. Dans la première partie du livre, on fait souvent référence à Karl Marx et de son apport dans la libération des travailleurs. Donc, la première partie du livre reste dans l’idée d’un grand rêve où tous les travailleurs pourraient avoir une augmentation après avoir essayé un « lock-out ». Cependant, peu de lois, si ce n’est aucune ne défendait les travailleurs de ce lieu dans les arrêts de travail. On va rester à ce moment dans une partie plus démocratique comme le veut à la base le communisme.

Toutefois, dans la deuxième partie, une nouvelle vague va apparaitre. Après s’être rendu compte que les revendications ne fonctionnent pas pacifiquement, ce sont des révoltes qui vont éclater. D’abord, représentant la venue d’une nouvelle forme de lutte dans la société, la seconde partie aborde beaucoup plus les révoltes communistes du 19e siècle. Dans cette partie, on peut observer qu’Émile Zola s’inspire des événements entourant la Commune de Paris en 1871 et du Printemps des peuples en 1848 sans nécessairement les aborder comme lorsque les ouvriers se rassemblent dans le bar pour partager leurs idées. Aussi, on observe ces références quand la population commence à revendiquer sur les chemins leurs conditions pitoyables envers le patron. Donc, on peut observer un peuple de prolétaires s’attaquer aux bourgeois qui ne se sont jamais préoccupés des démunis et de leurs propres employés. Puis, à la fin, comme à la Commune de Paris, des attentats anarchistes vont apparaitre. De l’action pacifique à la violence brute, cette révolution d’un groupe, autour d’une mine, fait une grande référence aux événements apparus durant le 19e siècle. 

Puis, vient la deuxième idéologie, le capitalisme, représenté par les riches propriétaires des mines au 19e siècle. Encore aujourd’hui, malgré l’aide des lois dans les industries pour empêcher les propriétaires de mettre en danger leurs employés, certaines règles de sureté ne sont pas respectées. Dans Germinal, on peut l’observer avec certains accidents comme à la fin de la troisième partie quand Jeanlin, le fils de Maheu, se casse une jambe sous un écroulement. Ou bien, à la fin du livre quand Souvarine fait exploser la mine et plusieurs des personnages principaux décèdent. De cette manière, le livre, plus encore le film Germinal sont marquants dans leur représentation des situations sociales : employés sous-payés, sous-traités, mal logés et situation de vie difficile. Par contre, il devenait courant, au 19e siècle, dans les Révolutions industrielles d’observer des industries mettant en place un village surveillé par les patrons qui contrôlaient leurs employés et décidaient de ce qu’ils pouvaient s’offrir. Ceci représente une nouvelle forme de patronat providentiel, pour les prolétaires, présents durant les périodes de Révolutions industrielles. 

L’usine. Source : https://www.histoire-pour-tous.fr/dossiers/5662-revolution-industrielle-en-france-et-dans-le-monde-xixe.html

Enfin, la dernière forme de lutte, dont on ne peut pas oublier l’importance dans l’œuvre de Zola, est l’Anarchisme. Plus subtile dans l’histoire, ce mouvement va être représenté seulement chez un seul personnage : Souvarine. Celui-ci est un Russe, qui dans Germinal, exclu de son pays, va prendre refuge à Montsou. En fait, Souvarine est une représentation de l’acteur historique Kropotkine, qui essaie un attentat semblable à l’acteur historique à la fin du livre1. Voici l’exemple d’où tient le lien entre l’anarchisme et Souvarine : « Fichez-moi la paix avec votre évolution! Allumez le feu aux quatre coins des villes, fauchez les peuples, rasez tout, et quand il ne restera plus rien de ce monde pourri, peut-être en repoussera-t-il un meilleur. »2 Lorsque Zola écrit son histoire Germinal, un procès contre les anarchistes, en 18823, se jouait sur la scène européenne. Donc, il se peut grandement que l’auteur se soit inspiré de ces événements pour écrire la fin du livre. 

En conclusion, le livre Germinal est une œuvre qui représente très bien les différentes formes de luttes et d’idéologies qui ont été présentes en France au 19e siècle. Le communisme apporté par Karl Marx a su se transporter à travers toute l’Europe, et comme avec Étienne, ce sont ses fervents croyants qui ont pu promouvoir cette idée. Pour le capitalisme, les riches et les bourgeois ont pu profiter d’un monde sans loi ni règle pour assouvir leur volonté de pouvoir. C’est à travers ces multiples difficultés et désaccords que des idées comme l’Anarchisme vont apparaitre et devenir dangereuses. En effet, l’anarchisme peut ressembler au terrorisme d’aujourd’hui quand leurs idées deviennent extrémistes. Cependant, en ce quoi Germinal peut marquer encore le 21e siècle c’est par sa représentation des inégalités sociales dans la société.

 

Pour aller plus loin:

Aubery, Pierre. Quelques sources du thème de l’Action direct dans Germinal. Syracuse, Syracuse university, 2013 : 63-72

Conus Marie-France et Jean-Louis Escadier. « SÉCURITÉ ET TRANSFORMATIONS DU SYSTÈME PRODUCTIF :APPLICATION À L’INDUSTRIE FRANÇAISE DU CHARBON (1817-1988) ». Eska, 1997, vol. 2, n.17 : 49-71

Le Roux, Thomas. « L’émergence du risque industriel (France, Grande-Bretagne, XVIIIe-XIXe siècles) ». La découverte, 2014, vol. 4, n. 249 :3-20

Zola, Émile. Germinal. Italie, Grafica Veneta, 2017, 607 p.

 



Citer ce billet
Jonas Campion (2020, 23 novembre). Germinal, adaptation de Claude Berri. Histoire de l’Europe à Trois-Rivières. Consulté le 28 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/pjd8

  1. PIERRE AUBERY. Quelques sources du thème de l’Action direct dans Germinal. Syracuse, Syracuse university, 2013, 63-72 []
  2. ÉMILE ZOLA. Germinal. Italie, Grafica Veneta, 2017, p. 178 []
  3. Ibid, p. 67 []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.