Olivier Twist (1948), un film décrivant les mauvaises conditions du monde industriel?

Texte écrit par Francis Guillemette

Que ce soit par la lecture du livre, l’écoute de la comédie musicale ou la diffusion d’un des films, beaucoup ont connu l’histoire d’Oliver, orphelin au grand cœur étant forcé de travailler pour ensuite rejoindre un gang de pickpockets avant de finalement connaître une fin heureuse en rejoignant ses grands-parents. Le film de David Lean de 1948 est fortement basé sur le roman paru en 1838 écrit par Charles Dickens. Cependant, bien que l’histoire d’Oliver soit intéressante dans son ensemble, c’est surtout sur le début du film que je vais concentrer mon propos.

Oliver Twist (1948)
Oliver Twist de David Lean (1948)

En effet, il serait fort possible de considérer le roman de Charles Dickens, et donc le film de David Lean, comme une critique du monde industriel de l’époque. En effet, autant à l’époque de Charles Dickens que lors du début de la révolution industrielle, le travail des enfants dans des usines insalubres est considéré comme normal puisqu’ils avaient des avantages que les adultes n’avaient pas :

Physical size was one factor: small children were just the right size to work […] machines situated close to the ground; they could piece broken threads and dress warp without stooping over and could move swiftly down the narrow passageways1.

Ainsi, les patrons mettaient en danger la sécurité des enfants, qu’ils considéraient comme de simples employés.

Une autre caractéristique de a période industrielle que l’on voit dans le film est l’opinion des patrons sur les demandes des employés. En effet, dès la onzième minute du film, on voit une scène où les propriétaires de l’usine discutent entre eux à propos d’une manifestation d’ouvriers qu’ils doivent s’arranger pour arrêter. Il faut dire que cette période a connu son lot de manifestations et de grèves d’employés autant pour de meilleures conditions de travail, mais aussi lors du vote de certaines lois. Ainsi :

Workers reacted to the Reform Act of 1832, which they had thought would bring substantial democratization to public affair, but benefitted only the middle class. They reacted to the oppressive and degrading New Poor Law of 1834, with its attempts to coerce the poor into accepting a more disciplined life on the bottom rung of capitalism’s ladder2.

Ainsi, ces manifestations avaient pour but d’exprimer la colère des ouvriers pour de multiples raisons différentes, mais les patrons considéraient surtout que cela nuisait au profit et s’arrangeait donc pour régler par la violence ces manifestations.

Gravure montrant la mort venant chercher les habitants des villes
Gravure montrant la mort venant chercher les habitants des villes. Source: http://collections.musee-mccord.qc.ca/largeimages/M991X.5.795.jpg

Enfin, il y a une forte différence dans les conditions de vie des ouvriers et des riches. Un parfait exemple est lorsque les enfants de l’orphelinat regardent à travers la fenêtre d’une maison plus riche où les gens mange un somptueux banquet, alors qu’ils ne peuvent manger qu’une seule portion de « grub », une sorte de soupe peu nourrissante. Aussi, ceux qui demandent une deuxième portion sont punis, comme ce fut le cas pour Oliver. Ces différences entre les classes sociales se trouvaient aussi entre les régions lors du changement d’une société agraire à une société industrielle :

… in pre-industrial times, […] that region which is richest in topsoil, mildest in climate, and smoothest in relief and of appropriate rainfall […] will be the most coveted. On the other hand, in a industrial society these attribute are relatively much less valued, as industries tend to be located near source of minerals or energy […]. This shift in the valuation of land has important consequences for the regional distribution of wealth3.

 

Ainsi, le film Oliver Twist de David Lean en 1948 n’est pas seulement l’histoire des péripéties d’un orphelin. C’est aussi l’histoire d’une société industrielle anglaise souffrant de grands problèmes d’inégalité sociale et de conditions de vie dérisoires qui en pousse plus d’un à choisir le crime pour survivre, comme il est le cas des enfants pickpockets de Londres qu’Oliver croise durant ces aventures.

Pour aller plus loin :

  • AGNEW, John. « Creating new schools for Bradford’s Factory Children: Obstacles and outcomes, 1836-1850 » Northern History, Vol.57, No.1 (2020), p.120-141
  • CALHOUN, Craig. « Industrialization and Social Radicalism: British and French Workers’ movements and the mid-Nineteenth-Century Crises. »Theory and society, Vol. 12, no. 4 (Juillet 1983), p.485-504
  • HETCHTER, Michael. « Industrialisation and National Development in the British Isles. » journal of Development Studies, vol.8, no.3 (Avril 1972), p.155-182

  1. John Agnew. « Creating new schools for Bradford’s Factory Children: Obstacles and outcomes, 1836-1850 » Northern History, Vol.57, No.1, p.121 []
  2. Craig Calhoun. « Industrialization and Social Radicalism: British and French Workers’ movements and the mid-Nineteenth-Century Crises. »Theory and society, Vol. 12, no. 4 (juillet 1983), p.493 []
  3. Michael Hetchter. « Industrialisation and National Development in the British Isles. » journal of Development Studies, vol.8, no.3 (avril 1972), p.158 []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.