La France et la Révolution industrielle

Texte écrit par Justin Chauvette

À la fin du 18e siècle, la France est confrontée à de nombreux conflits, tensions et difficultés en son sein. Ainsi, on observe une famine dans la population ouvrière, une dette énorme au roi pour ses guerres, puis un conflit armé au sein de la population. En 1789, la Révolution française éclate, ce qui amène le pays à vivre de nombreuses difficultés supplémentaires. D’un côté, on se retrouve à exclure la noblesse du pays. D’un autre côté ce sont les nobles des pays extérieurs de la France qui se rebellent contre le pays. Finalement, une succession de conflits embrasent l’Europe. Durant cette crise, différents pays, dont la Grande-Bretagne en profiteront pour établir un nouvel empire de commerce en commençant une Révolution industrielle. Puis, en 1804, Napoléon Bonaparte va apparaitre dans le décor de cette guerre en se proclamant empereur de France. Parmi ces nombreux problèmes, jusqu’en 1815, la France n’aura pas le temps de prendre place correctement dans l’échiquier de la Révolution industrielle.

En liant la politique du 19e siècle et l’économie de la France, cela nous permet de mieux comprendre les événements de la révolution industrielle en France. C’est de cette manière que nous observerons l’évolution de la Révolution industrielle à travers les quelques enjeux politiques, les événements clés et les principaux types d’industries implantés dans le pays durant le 19e siècle. 

Pour tout commencer, à partir de la fin de la Révolution française, plusieurs questionnements subsistent. Est-ce que la France doit adopter une charte constitutionnelle? Est-ce que le peuple veut encore d’une monarchie? Pour la première, la charte sera adoptée jusqu’en 1848. On peut se douter qu’elle était plutôt présente pour l’aide des notables1.  Ainsi, pourquoi jusqu’en 1848? C’est que de 1830 à 1848, plusieurs inégalités sont encore présentes et en 1848, le Printemps des peuples amène de gros changements dans la société. Au cours de ces années, ce sont trois chefs politiques qui se succèdent pour gouverner le pays. Quand on regarde la première carte sur les multiples industries présentes durant la Révolution industrielle, on peut observer que peu d’industries sont présentes en France.

L’Europe industrielle. Source : http://aix1.uottawa.ca/~sperrier/europe/cours14/cours14.html

À Paris, on retrouve une grande place financière et un secteur industriel. Donc, on peut comprendre que malgré l’implication moins forte de la France dans la révolution, celle-ci reste assez importante. Certes, Paris est importante dans le nord de la France, mais il y a aussi Lyon qui possède un bassin d’industries. Pour le sud, on retrouve Lyon et à l’ouest, des secteurs de mine à charbon. Après avoir regardé cette carte, on peut comprendre qu’en France, peu de terrains sont propices à l’extraction de charbon et les seules villes notables sont peu nombreuses. Comparée à la Grande-Bretagne qui est assez colorée pour son petit territoire, la France est tout le contraire avec un grand territoire inexploité. Donc, on comprend que les difficultés politiques de la France amènent à des difficultés économiques. 

Ensuite, le deuxième moment important du 19e siècle est la période entre 1848 et 1871. Le moment de 1848 va amener la France dans une nouvelle république qui va commencer le 2 décembre 18512. Cette deuxième république va reposer sur deux grands questionnements jusqu’à l’arrivée de la prochaine république. Est-ce que le gouvernement se doit de s’impliquer plus dans le domaine social et économique du pays? Puis, est-ce que le gouvernement repose sur une démocratie sociale ou bien une démocratie politique? Ce sont des réponses que va essayer d’élucider Napoléon III au cours de la seconde république. Au cours de ces années, on peut commencer à observer un début du réseau de chemin de fer. Dans la deuxième carte de la Révolution industrielle, on observe que le chemin de fer a commencé proche des grandes villes, sûrement pour permettre à l’agglomération urbaine de mieux voyager. En même temps, cela correspond à l’implication économique qu’on se demandait durant cette république. 

Puis, après le moment de la Commune de Paris, en 1871, la France rentre dans une certaine impasse. À la suite de plusieurs batailles perdues avec les pays autour, on fait face à un retour du nationalisme français. Pour certains, la France est dans un renouveau, un de ses meilleurs moments. Pour d’autres, la France est dans une impasse où tout ne va pas bien. Ce sont des situations qui vont rester jusqu’en 1914. Ces trois moments sont importants dans les deux Révolutions industrielles puisqu’ils permettent de statuer l’avancement d’une société selon sa politique. Il est rare d’observer un pays dans la misère politiquement, aller bien dans le sens économique. Souvent, l’un accompagne l’autre. Toutefois, malgré ses difficultés, la France reste un pays qui a participé à sa manière dans la première et deuxième Révolution industrielle.  Également, durant ces années, un phénomène important prend place en France. En effet, le chemin de fer qui avait commencé à se développer en 1848 a pris de l’ampleur. 

La France et ses voies ferrées. Source : https://ridel.pagesperso-orange.fr/chfer/histoire_france.html

Comme nous pouvons l’observer sur la deuxième carte, le chemin de fer se développe partout en France et permet de développer beaucoup de mains-d’œuvre ouvrières dans le domaine du chemin de fer. Ce développement est en lien avec la volonté de nationalisme de 1871. De cette manière, on veut développer le réseau de chemin de fer pour permettre de voyager partout en France facilement. Ceci explique pourquoi il est important de lier les moments importants dans la société et les innovations. Souvent, les plus grandes innovations viennent quand le pays est dans un moment favorisé.  

Avec tous les événements entourant la France durant le 19e siècle, plusieurs difficultés ne permettent pas au pays de se développer autant que les autres pays comme la Grande-Bretagne. La loi Guizot de 18313 permet une augmentation des scolarités en France. Outre ce fait, plusieurs détails importants ne sont pas présents. Les quais en France sont tout détruits dû aux multiples blocus effectués par le passé, le taux de naissance est en baisse comparé aux autres pays, puis les mines sont difficiles à exploiter. On peut imaginer que sans les destructions des ports, la France aurait pu participer plus amplement au phénomène. En plus de tous ces problèmes, on peut compter des problèmes d’exportation de ses produits puisque certains pays comme l’Allemagne vont opter pour un protectionnisme. Également, en regardant la situation sociale de la France au 19e siècle, on peut observer une forme de patriarcat d’une communauté ouvrière qui franchit les lieux du travail jusque dans la vie personnelle des ouvriers4. Cependant, ces situations n’empêchent pas le développement de certaines entreprises industrielles comme dans le domaine du textile et le domaine du fer5. Puis, dans les régions du sud, la France va également développer certains secteurs miniers. De tous ces développements, ce qui reste marquant c’est que certaines conditions ne se sont pas réalisées pour permettre à la France de se développer. Comparée à la Grande-Bretagne, la population française n’a pas cherché à vivre un exode urbain pour permettre de développer le marché industriel. Au contraire, le gouvernement encourageait à rester à la campagne pour développer les fermes. Donc, cela explique pourquoi les villes ne sont pas développées et que les secteurs industriels restent peu nombreux.

Pour aller plus loin:

Brasseul, Jacques. Petite histoire des faits économiques, des origines à nos jours. Malakoff, Armand Colin, 2016. 328 p.

Caron, Jean-Claude et Michel Vernus. L’Europe au 19e siècle, des nations au nationalisme (1815-1914). Malakoff, Armand Colin, 2015. 496 p.

Didry. Claude. « Du sujet de droit à la citoyenneté du travail, une autre histoire du salariat ». L’Harmattan. Paris. 2012, vol. 2, n.3 : 80-91

Szostack, Rick.  The Role of Transportation in the Industrial Revolution: A Comparison of England and France. Montréal, Mcgill-Quenn’s University Press, 1991. 344p.

  1. JEAN-CLAUDE CARON et MICHEL VERNUS. L’Europe au 19e siècle, des nations au nationalisme (1815-1914). Malakoff, Armand Colin, 2015, 496 p. []
  2. Ibid, p. 183 []
  3. JACQUES BRASSEUL. Petite histoire des faits économiques, des origines à nos jours, Malakoff, Armand Colin, 2016, p.132 []
  4. CLAUDE DIDRY. « Du sujet de droit à la citoyenneté du travail, une autre histoire du salariat », L’Harmattan, Paris, 2012, vol. 2, n.3, p. 84 []
  5. RICK SZOSTACK.  The Role of Transportation in the Industrial Revolution: A Comparison of England and France, Montréal, Mcgill-Quenn’s University Press, 1991, 344p. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.