Statistiques sur les crimes #1

Texte écrit par Lisa Marie Villela

Afin de comprendre les chiffres qui se cachent derrière les crimes enregistrés par la police générale du Royaume de Belgique, il est nécessaire de comprendre comment ils ont été classés. La figure 1 montre le rapport 20-STÉ, daté du 15 février 1944 ; il y a une section spécifique pour clarifier la nature de l’événement, dans ce cas un incendie. Bien que les rapports diffèrent quelque peu dans leur forme, la plupart suivent ce format qui consiste à clarifier d’abord la nature de l’événement, puis à en donner une description plus détaillée. Cette description comprend, entre autres, l’heure exacte du crime, une description plus détaillée de l’événement, les biens volés ou endommagés, les noms des victimes, le lieu où le crime a eu lieu et le statut des suspects. C’est sur la base de cette première description des crimes que le classement des dossiers consultés a été effectué. Les archives consultées sont les sections 531 à 540 de la Police générale du Royaume de Belgique, notamment dans l’arrondissement de Charleroi et l’arrondissement de Jumet, datées de 1940 à 1944.

Figure 1: Rapport 20 Sté Les archives de l’État en Belgique, « Inventaire des archives du Ministère de l’Intérieur. Police générale du Royaume. Rapports et comptes rendus d’événements extraordinaires de type “Modèle 5”, 1941-1944 »,

Au total, 239 rapports distincts ont été enregistrés, chacun détaillant la nature de l’événement ainsi qu’une description supplémentaire. Vous trouverez ci-dessous une ventilation du type de délit signalé dans chaque rapport, ainsi que la fréquence d’occurrence. Le crime le plus fréquent est l’incendie. La classification des incendies comprend les incendies « criminels » et les incendies « accidentels ». Avec 73 rapports faisant état d’un type d’incendie, ceux-ci représentent 31 % de tous les crimes signalés. La nature des incendies est décrite dans les rapports, avec des occasions où il s’agissait d’un accident et d’autres où il s’agissait d’un incendie criminel. La deuxième catégorie de délits la plus importante est le vol qualifié, les rapports comprenant une description de ce qui a été volé et si le vol était armé. Les documents du consulat font état de 57 actes de vol, allant du vol de beurre dans une école de filles au vol d’un demi-million de francs dans une résidence privée. Sur la base de ces chiffres, il est correct d’affirmer que la majorité des crimes signalés à Charleroi sont des incendies criminels ou des vols, puisque ces deux catégories représentent 55 % des rapports consultés. Le graphique ci-dessous montre la répartition de l’occurrence de chaque catégorie de délit, la prévalence des incendies criminels et des cambriolages étant évidente.

Figure 2: Nature de l’evenement Élaboration par l’auteur

Trente rapports font état d’actes de sabotage, dont la définition inclut la destruction ou l’endommagement intentionnel en guise de protestation ou de grief, la plupart des actes de sabotage ayant eu lieu sur des voies ferrées. Il y a eu 21 attaques armées, incluant des armes à feu et des armes blanches, décrivant des situations où les victimes ont été menacées avec l’une de ces armes. La classification suivante des crimes est le banditisme, dans lequel il y a 15 cas rapportés, décrivant les lieux où les actes ont été commis et les dommages causés. Treize attentats à l’explosif sont signalés, dont la description s’apparente à des actes de sabotage, puisqu’ils se produisent principalement sur les voies ferrées. Treize actes de menace sont également enregistrés, dans lesquels une copie de la lettre de menace est jointe ; les menaces contre les agriculteurs et les fonctionnaires sont enregistrées. Il est important de noter que seuls 11 cas de meurtres ont été enregistrés, dont l’un n’était qu’une attaque. Deux cas d’attaques terroristes et deux cas de rébellion sont enregistrés, décrivant les actions de protestation qui ont été menées. Enfin, un raid aérien est enregistré, ainsi qu’un cas où des corps ont été découverts.

La violence dans les crimes

Ce que le graphique ci-dessus et les pourcentages obtenus montrent, c’est l’existence d’une concentration criminelle vers les incendies criminels et les vols. Ainsi qu’une distribution plus dispersée dans les autres types de crimes, sans concentration spécifique vers une catégorie de crime particulière. Il est également important de souligner les quelques décès résultant d’actes criminels. Sur l’ensemble des documents consultés, seuls 5 % d’entre eux concernent des meurtres, et il n’y a qu’un seul cas de découverte de corps. Ces chiffres posent la question du niveau de violence vécu dans la région de Charleroi et l’arrondissement de Jumet, car il y a très peu de cas où une personne a été tuée ou blessée. Nous pouvons affirmer que les modèles de criminalité montrent une tendance à des crimes moins violents, limités à des menaces avec des armes à feu ou des armes blanches. Dans les 57 vols présentés, la majorité est classée comme des vols à main armée, dans lesquels la victime a été menacée avec une arme, mais n’a pas été blessée. De même, les actes de banditisme et de sabotage n’entraînent pas de pertes humaines, seulement des dégâts matériels. Un point important est celui des incendies : peut-on affirmer que les incendies sont violents même s’ils ne font pas de victimes humaines ?

On peut conclure que les crimes commis à Charleroi visaient la destruction ou le vol de matériel ou de biens, et non l’atteinte à l’intégrité humaine. Les cas de meurtres et de découverte de cadavres sont des cas isolés et hors du commun, dont l’issue ne correspond pas au reste des crimes commis. Au contraire, les casiers judiciaires montrent une tendance à endommager ou à détruire des biens privés ou publics.

Pour aller plus loin
Les archives de l’État en Belgique, « Inventaire des archives du Ministère de l’Intérieur. Police générale du Royaume. Rapports et comptes rendus d’événements extraordinaires de type “Modèle 5”, 1941-1944 ». 


Citer ce billet
etudiant1 (2022, 2 avril). Statistiques sur les crimes #1. Histoire de l’Europe à Trois-Rivières. Consulté le 17 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/pjfo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.