Le feu dans les récoltes #1

Texte écrit par Philip Mongrain

Depuis 2021, des archives de la Police Générale du Royaume en Belgique sont rendues publiques via le site web des archives de l’État belge1. Parmi ces documents, on retrouve notamment les comptes-rendus d’événements extraordinaires de type ‘’Modèle 5’’ qui sont rédigés sous forme de procès-verbaux. Bien que ces modèles 5 étaient utilisés avant 1941, leur usage fut intensifié de 1941 à 1944 afin de collecter toute information à propos d’événements sortant de la routine chez les différents corps de police. Les autorités policières belges devaient acheminer ces comptes-rendus à la Police Générale du Royaume.  On pense à des actes de sabotage, des incendies criminels ou encore des assassinats. De ce fait, la PGR a reçu environ 50 000 procès-verbaux durant ces années. Sur les 50 000, 12 000 sont parvenus jusqu’à nous2. Entre la guerre, les difficultés de conservation et d’entreposage ainsi que les incendies, plus de 75% des comptes-rendus ont été perdus.

Rapport de type modèle 5 – Incendie criminel. Archives générales du Royaume, Fonds du ministère de l’intérieur. Police générale du Royaume, dossier 537, rapport d’événement de la brigade de gendarmerie de Jumet, n. 962, 12 novembre 1942.

Les 12 000 documents survivants sont donc disponibles depuis l’an dernier et les informations pouvant être tirées de ces feuilles s’avèrent être massives. Ceux-ci peuvent nous éclairer sur certains aspects du maintien de l’ordre durant l’occupation allemande, sur la résistance belge et sur les dynamiques sociales entre la population, l’envahisseur et la police.

L’enjeu considéré dans ce billet de blogue prend place dans la province de Hainaut, particulièrement dans la région de Charleroi et du district de Jumet. En effet, différentes brigades de la Gendarmerie nationale dans cette région, telles Fleurus et Frasnes-lez-Gosselies, font parvenir à la PGR des rapports d’événements extraordinaires qui impliquent des incendies criminels avec comme principales victimes, les fermiers et agriculteurs locaux.

 

Les faits

Au travers les sections 531 à 540 des archives de la Police générale du Royaume qui portent exclusivement sur les rapports et comptes-rendus d’événements extraordinaires de type Modèle 5, nous sommes en mesure d’observer une présence élevée de procès-verbaux qui portent sur des incendies malveillants et qui portent atteinte à la relative quiétude de temps de guerre des fermiers et cultivateurs locaux. Prenons par exemple la section 535, sur 28 procès-verbaux, 10 sont des incendies criminels à l’endroit de cultivateurs. Pour la section 537, ce sont 13 procès-verbaux sur 17 qui portent sur le même type de méfait. Ces sections portent sur Fleurus et Frasnes-lez-Gosselies et couvrent les années 1942 à 1944.

À l’échelle de la province de Hainaut en septembre 1943, ce sont 329 incendies criminels contre les récoltes des fermiers qui sont relevés depuis le début de la guerre3. Les rapports d’événements extraordinaires ont pratiquement toujours pour titre « incendie criminel ». Dans une courte description, le policier présente la nature de l’événement soit un incendie dû à la malveillance ainsi que la victime, le cultivateur, et enfin, les dommages sur sa propriété. Les récoltes sont l’élément central des dégâts rapportés. On pense au froment, au seigle, au colza, etc. Le policier rapporte fréquemment la quantité de chaque type de récolte qui fut incendié. Par exemple, la grange contenait 1 acre de froment. De plus, l’équipement agricole comme le matériel de battage ou les charrettes était aussi visé.

Comme mentionné plus tôt, les victimes sont des cultivateurs. Ceci dit, les rapports d’événements extraordinaires de type modèle 5 ne rapportent rien d’autre que le nom et prénom de la victime, sa profession et la nature de ses récoltes. Qu’est-ce qui peut donc expliquer ces différents méfaits à l’encontre de ces travailleurs agricoles ?

Causes possibles ?

Il est certain que la thèse de la résistance est difficile à écarter. La solidarité nationale a tendance à s’accentuer durant les périodes de conflit. De ce fait, se pourrait-il que les fermiers victimes de ces incendies aient été soupçonnés d’entretenir des liaisons avec les Allemands ? Cela reste difficile à appuyer vu le nombre de sources très limité à cet égard. Cependant, sans que ce soit volontaire, certains agriculteurs avaient peut-être la possibilité d’aider l’armée allemande, notamment en fournissant du colza, plante pouvant servir à fabriquer de l’huile3. La rumeur s’étant répandue comme quoi les Allemands étaient en manque de lubrifiant, peut-être tenons-nous un motif par rapport aux actes perpétrés contre le milieu agricole. Enfin, la guerre a amené des productions plus maigres, des restrictions quant à l’approvisionnement et en général, une insécurité alimentaire. Il fut aussi démontré qu’un marché noir fut développé et que les aliments pouvaient se vendre à prix excessifs4. Cela a peut-être contribué à faire naître la grogne chez certains habitants envers les producteurs.

Toutes ces hypothèses sont évidemment plausibles, mais il y a un manque d’études historiques à ce sujet. La mise en ligne publique des archives de la Police Générale du Royaume saura peut-être faire avancer la recherche quant à ce phénomène qui est loin d’être isolé en Belgique, à cette époque. Cela dit, l’accès à ces sources reste un incontournable afin d’obtenir un portrait du maintien de l’ordre dans le pays au temps de la Deuxième Guerre.

Pour aller plus loin

BAILLY, Michel. « Guerre 40-45, la région de Charleroi sous l’occupation : polices, clandestinités, culture(s) ». https://www.lesoir.be/art/guerre-40-45-v-la-region-de-charleroi-sous-l-occupation_t-19910111-Z03H76.htmlLe Soir

Bruxelles, AGR, Archives du Ministère de l’Intérieur : Police générale du Royaume : Rapports et comptes rendus d’événements extraordinaires de type « Modèle 5 » (1941-1944), dossiers 531 à 540.

TAMAR, Cachet. « La répression judiciaire allemande en Belgique occupée ». BelgiumWWII, https://www.belgiumwwii.be/au-coeur-de-la-belgique-occupee/la-repression-judiciaire-allemande-en-belgique-occupee.html.

 



Citer ce billet
etudiant1 (2022, 23 avril). Le feu dans les récoltes #1. Histoire de l’Europe à Trois-Rivières. Consulté le 28 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/pjfq

  1. Bruxelles, AGR, Archives du Ministère de l’Intérieur : Police générale du Royaume : Rapports et comptes rendus d’événements extraordinaires de type “Modèle 5” (1941-1944), dossiers 531 à 540. : https://search.arch.be/fr/rechercher-des-archives/resultats/ead/zoekresultaat/eadid/BE-A0510_722790_803420_FRE/zoekresultaat-pagina/6 []
  2. Bruxelles, AGR, Archives du Ministère de l’Intérieur, 2021. : https://arch.arch.be/index.php?l=fr&m=actualites&r=toutes-les-actualites&a=2021-12-08-la-belgique-occupee-vue-d-en-bas-l-inventoriage-et-la-mise-en-ligne-des-archives-de-la-police-generale-du-royaume-durant-la-seconde-guerre-mondiale []
  3. Agriculture : le temps des « vaches maigres » ? Auteur : Colignon Alain (Institution : CegeSoma) https://www.belgiumwwii.be/belgique-en-guerre/articles/agriculture-le-temps-des-vaches-maigres.html  [] []
  4. Juguler le marché noir? Auteur : Cachet Tamar (Institution : CegeSoma) https://www.belgiumwwii.be/au-coeur-de-la-belgique-occupee/juguler-le-marche-noir.html []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.