Cette image présente une partie d'un rapport de la gendarmerie belge à propos du meurtre d'un fermier survenu le 2 juin 1944.

Introduction : Lire entre les lignes des archives de la PGR sous l’occupation allemande (1941-1944) #1

Texte écrit par Gabriel Ferland

À la fin de la décennie 1930, en Belgique, la Police générale du Royaume (PGR) n’était qu’un simple bureau chargé de renseigner le ministère de l’Intérieur sur les enjeux d’ordre et de sécurité publique1 . Au même moment, la Gendarmerie belge était un corps de police militarisé, relevant directement du ministère de la Défense, qui se concentrait plus sur les enjeux militaires que sur les opérations policières de maintien de l’ordre2 . Pourtant, lorsque la Belgique capitule face à l’armée allemande en mai 1940, ces deux institutions n’ayant alors aucun lien hiérarchique seront au cœur de la stratégie de maintien de l’ordre de l’occupant nazi.

Comprendre l’archive

En effet, ne pouvant laisser le territoire belge en proie au « désordre » à la suite du départ des autorités politiques nationales, les Allemands ne tardent pas à réorganiser l’administration de l’État belge en plaçant des collaborateurs à la tête des différents ministères. Dans cet effort de réorganisation, la Gendarmerie belge est démilitarisée et placée sous la tutelle de la PGR qui avait la charge de récolter diverses informations destinées à renseigner l’occupant et les autorités judiciaires à propos des enjeux d’ordre et de sécurité intérieure3 . Dès 1941, les autorités allemandes exigent l’envoi systématique « des procès-verbaux d’évènements extraordinaires de type “modèle 5″ rédigés par la Gendarmerie [et des] rapports des polices communales4 ». Du point de vue de la recherche historique, cette collaboration administrative est complexe à analyser et l’historiographie pourrait certainement bénéficier de l’étude des sources récemment découvertes par les Archives générales du Royaume (AGR) en Belgique.

Attentat, sabotage, incendie, vol à main armée, meurtre… À la première lecture, ces intitulés de procès-verbaux donnent presque l’impression de pouvoir entrer dans le quotidien des policiers et gendarmes belges chargés de rapporter de quelconques « événements extraordinaires » survenus lors de l’occupation nazie. Or, au-delà du fait-divers, l’analyse historique ne saurait se contenter d’une lecture au premier degré. Avant d’interroger l’archive, l’historien doit passer par l’étape de la critique ; il doit lire entre les lignes de l’archive5 . Pour ce faire, il est nécessaire de connaître l’état de conservation du corpus et de comprendre comment ce dernier a été organisé par les archivistes.

En ce qui concerne les archives de la PGR produites sous l’occupation allemande, l’inventaire d’archives offre plusieurs informations utiles. Par exemple, nous savons que

parmi les rapports versés aux AGR, un grand nombre se trouvait très endommagé par l’humidité. Certains avaient visiblement été touchés par des moisissures ou étaient dans un état de décomposition tel que leur contenu était totalement illisible. Pour ceux-ci, il n’y eut pas d’autre choix que de procéder à leur destruction3 ».

Ce même inventaire d’archive nous renseigne également à propos du mode de classement du corpus. Nous savons donc que les documents ont été triés selon l’institution productrice (police locale, police communale ou gendarmerie) et qu’ils ont été regroupés selon les divisions administratives de l’époque (commune, provinces, etc.). En outre, les archives produites par la Gendarmerie ont également été classées en respectant la hiérarchie de l’institution gendarmique (voir figures 1 et 26 ).

Figure 1

Organigramme du classement archivistique des rapports de la gendarmerie (province de Hainaut) dans les archives de la PGR

Ce schéma montre comment le fond d'archive est organisé.
Crédit : schéma réalisé à partir de Les archives de l’État en Belgique, « Inventaire des archives du Ministère de l’Intérieur. Police générale du Royaume. Rapports et comptes rendus d’événements extraordinaires de type “Modèle 5”, 1941-1944 », https://search.arch.be/fr/rechercher-des-archives/resultats/ead/index/eadid/BE-A0510_722790_803420_FRE/zoekresultaat-pagina/6, consulté le 6 avril 2022.
Figure 2

Organigramme de la série d’archive du District du Grand-Charleroi II (Jumet) [à partir de fin 1942]

Ce schéma montre comment la série d'archives est organisée.
Crédit : schéma réalisé à partir de Ibid, https://search.arch.be/fr/rechercher-des-archives/resultats/ead/index/eadid/BE-A0510_722790_803420_FRE/zoekresultaat-pagina/6, consulté le 6 avril 2022.

Finalement, le contexte et les conditions de production de la source ne doivent jamais être perdus de vue. Cela est d’autant plus vrai lorsque nous parlons d’un État occupé par l’Allemagne nazie, comme c’est le cas de la Belgique entre 1940 et 19447 . Une fois tous ces éléments pris en compte, l’historien peut passer à l’étape de l’interrogatoire du corpus pour voir ce qu’il peut en tirer et en cerner les limites. Voyons maintenant un exemple concret à partir procès-verbaux produits entre 1941 et 1944 par la Gendarmerie belge du district de Jumet. Quelles sont les informations pertinentes ? Quelles questions pourrions-nous poser à ce corpus ? Notre objectif est d’apporter quelques pistes de réflexion qui donneront un aperçu de l’intérêt de ce corpus pour la recherche en histoire de la sécurité et du maintien de l’ordre en Belgique occupé.

Entrer en dialogue avec la source : le cas du district de Jumet dans la province du Hainaut

Comme nous venons de le voir plus haut, plusieurs précautions doivent être prises avant d’interpréter les faits présentés dans les procès-verbaux que la gendarmerie envoie à la PGR. Cela ne signifie pas pour autant que ces faits ne représentent aucune valeur, mais, pour notre part, deux éléments ont retenu notre attention lors du dépouillement du corpus. Premièrement, le formatage des documents : cases à remplir, page vierge mise en forme par le gendarme, récupération d’anciens documents, etc. Deuxièmement, la manière dont les faits sont rapportés : vocabulaire utilisé, précision ou imprécision des détails, etc. Pour diverses raisons — épistémologiques et méthodologiques —, ces éléments nous ont semblé contenir plus d’informations pertinentes pour la recherche que l’événement rapporté en lui-même. Qu’en est-il vraiment ?

Dans un premier temps, attardons-nous à la question du formatage des documents, ou plutôt aux variations et aux caractéristiques de ce formatage. Dans l’échantillon que nous avons dépouillé8 , nous avons pu classer les documents dans deux catégories : les formulaires imprimés prêts à remplir et les pages vierges mises en forme à la machine à écrire par le gendarme9 . Dans les deux cas, les documents respectent un formatage semblable qui est propre au « modèle 5 » : la date et l’heure d’expédition, le numéro du rapport, les liens hiérarchiques, le lieu de l’événement, la nature de l’événement, qui a donné l’avis, à qui le rapport fut envoyé, le nom du commandant de la brigade et son grade. Évidemment, cette standardisation permet de comprendre une des facettes de la centralisation des systèmes de Police et de Gendarmerie belge ; cela nous permet également de recueillir plusieurs informations comparables sur lesquelles nous reviendrons plus loin. Toutefois, ce qui est intéressant ici, c’est de noter les changements et l’évolution du format selon le lieu et l’année. Par exemple, dans le rapport de la brigade de Luttre envoyé le 30 septembre 1943, nous voyons dans la mise en page que ce formulaire avait d’abord été formaté pour être utilisé dans la décennie 193010 . Ainsi, nous comprenons que ces comptes rendus d’un événement extraordinaire étaient déjà utilisés avant l’occupation, que les autorités collaboratrices se le sont approprié et qu’on a recyclé d’anciens formulaires.

Dans un second temps, concernant la manière dont les gendarmes rapportent les faits, plusieurs choses peuvent être notées, mais un détail a particulièrement retenu notre attention. Il s’agit des changements dans la nature des descriptions données à propos des suspects au fur et à mesure qu’on approche de la libération. En effet, en 1942 et 1943, lorsque des événements sont rapportés, les gendarmes demeurent très vagues sur la description d’éventuels suspects. Reprenons le cas de la brigade de Luttre. À propos d’une tentative d’incendie survenue le 18 septembre 1942, le commandant Leclercq écrit que « jusqu’à présent, [il n’a] aucun soupçon précis, [mais qu’] il y a lieu de croire cependant qu’il s’agit d’un attentat commis par les habitants du voisinage11 ». Le 6 octobre de la même année, pour un autre incendie, le commandant Leclercq mentionne « 2 hommes inconnus, étrangers à la commune […] qui n’ont pû [sic] être identifiés12 ». Ce genre de description revient constamment pour toutes les brigades de notre échantillon entre 1942 et 1943. Or, en 1944, les gendarmes semblent soudainement disposer de plus de détails et d’informations à propos des suspects et, lorsqu’ils n’en ont pas, ils ne se gênent pas pour y aller de leurs propres soupçons. Ainsi, le 2 juin 1944, le commandant Legat de la brigade de Luttre écrit que

Cette image présente une partie d'un rapport de la gendarmerie belge à propos du meurtre d'un fermier survenu le 2 juin 1944.
Crédit : Ibid, dossier 540, document n. 30/c, « MODELE V. Résumé des faits consignants », brigade de gendarmerie de Luttre, le 2 juin 1944.

À Buzet, hameau de la Buscaille […] vers 13h40, deux inconnus dont l’un portait l’uniforme de l’armée allemande et l’autre la tenue de « Garde Wallone [sic] » se sont présentés à la ferme du nommé DEBOULLE Maurice. Sous un prétexte ignoré, ils ont emmené le fermier dans un chemin voisin de l’habitation et l’on abattu de deux coups de pistolets. La mort fut presqu’instantannée [sic]. Le mobile de ce crime ne peut être défini jusqu’à présent13 .

Le 7 juin 1944, le commandant Leclercq rapporte un autre meurtre commis par « 2 individus armés de pistolets, en uniforme allemand [qui] sont arrivés en limousine automobile14 ». Certes, la nature de ces crimes est différente, mais nous devons tout de même constater le changement de ton. Plusieurs questions mériteraient d’être posées, mais une étude approfondie des archives de la PGR serait nécessaire pour arriver à dégager des similitudes sur tout le territoire de la Gendarmerie belge. En guise d’hypothèse, nous pourrions proposer que, voyant le vent tourner pour l’occupant allemand, certains gendarmes aient pu tenter soit de consigner des preuves de crimes de guerre ou de montrer une certaine forme de résistance pour éviter une épuration trop hostile.

Pour conclure, quel est le véritable intérêt de ce corpus pour l’histoire de la sécurité et du maintien de l’ordre en Belgique occupé ? Dans ce bref article, nous avons donné des exemples concrets d’analyses tant sur le fond que sur la forme de notre source, mais le potentiel de ce corpus ne s’arrête pas là. Nous aurions pu comparer, à l’aide de la numérotation des rapports, les différences dans l’état de conservation selon les brigades15 . De plus, nous avons mentionné qu’il fallait être prudent avec les faits rapportés, mais cela ne signifie pas pour autant que ces derniers ne doivent pas être pris en compte. Au contraire. En prenant les précautions nécessaires, il serait tout à fait pertinent d’effectuer une analyse statistique (qualitative, quantitative, ou mixte) de ces crimes, pour ensuite les classer selon la fréquence ou le « degré de violence ». Enfin, il serait également intéressant d’analyser un type de crime en particulier; par exemple, le grand nombre d’incendies criminels rapportés et les façons dont on rapporte cet événement.

Liens vers les billets suivants :

Le feu dans les récoltes #1

Statistiques sur les crimes #1

Pour aller plus loin

LES ARCHIVES DE L’ETAT EN BELGIQUE. « Inventaire des archives du Ministère de l’Intérieur. Police générale du Royaume. Rapports et comptes rendus d’évènements extraordinaires de type “Modèle 5”, 1941-1944». https://search.arch.be/fr/rechercher-des-archives/resultats/ead/index/eadid/BE-A0510_722790_803420_FRE/zoekresultaat-pagina/6, consulté le 6 avril 2022.

CAMPION, Jonas. Les gendarmes belges, français et néerlandais à la sortie de la Seconde Guerre mondiale. Bruxelles, André Versaille éditeur, 2011, 344p.

  1. Les archives de l’État en Belgique, « Inventaire des archives du Ministère de l’Intérieur. Police générale du Royaume. Rapports et comptes rendus d’événements extraordinaires de type “Modèle 5”, 1941-1944 », https://search.arch.be/fr/rechercher-des-archives/resultats/ead/index/eadid/BE-A0510_722790_803420_FRE/zoekresultaat-pagina/6, consulté le 6 avril 2022. []
  2. Jonas Campion, Les gendarmes belges, français et néerlandais à la sortie de la Seconde Guerre mondiale, Bruxelles, André Versaille éditeur, 2011, p. 32-33. []
  3. Les archives de l’État en Belgique, Op. cit., consulté le 6 avril. [] []
  4. Ibid., consulté le 6 avril. []
  5. J. Campion, Op. cit., p. 17. []
  6. Pour voir les « organigrammes de la gendarmerie belge » en 1940 et en 1944, voir J. Campion, Op. cit., p. 317-318. []
  7. En effet, plusieurs points de tensions coexistent et évoluent pendant l’occupation. Au sein de l’institution gendarmique, par exemple, des tensions linguistiques déjà présentes seront amplifiées pendant l’occupation (voir J. Campion, Op. cit., p. 33-34). En sus, l’idéologisation du conflit aura pour effet de placer les gendarmes dans une position qui les oblige à choisir entre « leurs devoirs professionnel et patriotique » (voir J. Campion, Op. cit., p. 48). []
  8. Qui contient les dossiers du commandement du district de Jumet (dossier 531) et ceux des brigades suivantes : Gosselies (dossiers 532-533), Ransart (dossier 534), Fleurus (dossiers 535-536), Frasnes-lez-Gosselies (dossiers 537-538), Luttre (dossiers 539-540) ; voir Figure 2. Source : Bruxelles, AGR, Archives du Ministère de l’Intérieur : Police générale du Royaume : Rapports et comptes rendus d’événements extraordinaires de type « Modèle 5 » (1941-1944), dossiers 531 à 540. []
  9. Sauf quelques exceptions, ils sont tous tapés à la machine. []
  10. Bruxelles, AGR, Op. cit., dossier 539, rapport d’événement de la brigade de gendarmerie de Luttre, « Compte rendu d’un événement extraordinaire arrivé à Obaix », document n. 109, le 30 septembre 1943. []
  11. Ibid., « OBJET : Tentative d’incendie criminel », document n. 35, le 18 septembre 1942. []
  12. Ibid., « Objet : Incendie criminel », document n. 41, le 6 octobre 1942 . []
  13. Ibid., dossier 540, document n. 30/c, « MODELE V. Résumé des faits consignants », brigade de gendarmerie de Luttre, le 2 juin 1944. []
  14. Ibid., document n. 32/c, « MODELE V. Résumé des faits consignants », brigade de gendarmerie de Luttre, le 7 juin 1944. []
  15. Par exemple, l’inventaire des archives estime que plus de 80% du corpus est manquant. Or, une analyse plus fine de ce dernier nous permettrait de comparer la proportion des archives conservées selon la brigade et la période. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.