Dernier acte – Mais que fait la police ?

Dernier acte de ce projet, après presque deux années de travail pour faire vivre ce carnet, proposer aux étudiant.e.s de communiquer autrement les résultats de leur travail, de leur lecture, de leur recherche. Pour ce dernier acte, comme à l’accoutumée, nous avons voulu proposer une formule inédite : celle du travail en archives. Pour des étudiant.e.s de premier cycle, cela reste un exercice encore neuf et pas toujours facile alors que c’est un moment central dans l’apprentissage du métier d’historien.

La difficulté est d’autant plus grande que je les ai fait travailler en groupe sur des archives de la police belge1, dans le cadre du cours HST1145 sur l’histoire des sécurités et insécurités publiques. Étudier, comprendre et utiliser de tels documents n’est pas facile, on le sait. C’est encore plus délicat, lorsque les archives se rapportent à une période de crise pour la société belge, celle de l’Occupation de la Seconde Guerre mondiale. L’Occupation débouche en effet sur un nouveau paradigme de l’ordre, de la sécurité, de la criminalité…

Tout le monde a joué le jeu, a tenté de comprendre ces archives, leur contenu, les logiques qui les sous-tendent… Les étudiant.e.s ont tenté de voir ce qu’il était possible de leur faire dire, ce qu’au contraire qui était passé sous silence… Il a ensuite fallu réfléchir à la mise en récit de leurs travaux, pour passer du travail académique classique à la forme, originale, feuilletonnée, des billets de blogue. A vous de découvrir le fruit de ces réflexions!

En groupe, les étudiant.e.s ont réalisé des enfilades de billets, autour de ces sources. Vous trouverez à la fin de ce billet les liens vers leurs introductions, vous permettant de les lire dans l’ordre.

Cette 4e et dernière série de billets clôture la première vie de ce carnet. Celle-ci était liée à l’octroi d’un fonds d’innovation pédagogique de l’UQTR. Ce carnet va donc rentrer en veille d’écriture . Temporaire, sûrement. Car on le fera revenir, selon les cours au programme, le public étudiant, les réflexions des enseignants… Au final, il aura sans conteste été un atelier pour les étudiant.e.s, tant pour les facettes du métier, les réalités de l’histoire européenne, que pour les questions de réflexion sur la diffusion d’un savoir, du rapport au numérique dans ce but. Nous dressons un bilan positif de cette aventure, pour un dispositif relativement simple à mettre en œuvre… Aux étudiant.e.s de confirmer l’intérêt de ces démarches, maintenant!

Félicitations à eux et merci à Thomas Eyraud, étudiant en maitrise en études québécoises, qui a pris le relais de Simon Dufour sur le volet d’accompagnement technique, celui de la gestion technique du carnet.

Jonas Campion

Liens des introductions :

Introduction : Lire entre les lignes des archives de la PGR sous l’occupation allemande (1941-1944) #1

Introduction : la résistance en Belgique lors de la Seconde Guerre mondiale #2

Introduction: Travail sur un fond d’archives de la police belge sous occupation allemande (1941-1944) #3

Les vols sous l’Occupation allemande en Belgique #4

Introduction – Sabotages et résistances #5

  1. Il s’agit d’archives de la Police générale du Royaume, regroupant les comptes-rendus d’événements extraordinaires survenus dans le pays. À ce sujet voir, https://www.rtc.be/video/info/patrimoine/des-documents-de-la-gendarmerie-classes-quot-secret-quot-en-ligne_1512180_325.html et lire https://search.arch.be/fr/rechercher-des-archives/resultats/ead/index/sortering/archiefnaam+asc/dao/1/pagina/9/eadid/BE-A0510_722790_803420_FRE. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.