La lutte du siècle : Au Bonheur des Dames

Texte écrit par Audrey Tremblay

Alors que la pandémie fait rage, la relation concurrentielle entre les petits commerces et les grands magasins resurgit dans l’actualité. Cette relation n’est pas apparue avec la pandémie, mais plutôt avec l’apparition même des grands magasins. Il s’agit également d’un thème abordé à de multiples reprises dans diverses œuvres dont, en 1943, par André Cayatte dans son adaptation d’Au bonheur des Dames.

Hall Marengo, Grands Magasins du Louvre Source : http://expositions.bnf.fr/zola/bonheur/borne/borne/feuilleter/113.htm

DU LIVRE AU FILM : L’INFLUENCE DU CONTEXTE

Le célèbre nouvelliste français Émile Zola publie au XIXe siècle une série d’ouvrages suivant la famille Rougon-Macquart de 1852 à 1870. À travers cette famille, Zola étudie les impacts de l’environnement social ou économique sur les individus. Il y aborde plusieurs thèmes reliés à la Révolution industrielle dont, dans Au bonheur des Dames publié en 1883, l’apparition des grands magasins1

En 1943, alors que la France est occupée par l’Allemagne, le réalisateur français André Cayatte adapte ce livre pour le cinéma. Il y raconte l’histoire de Denise qui se retrouve à travailler dans le grand magasin de Monsieur Mouret, Au Bonheur des Dames, faisant concurrence au petit commerce de son oncle Baudu. Après plusieurs péripéties, Denise épouse Mouret. Le magasin de son oncle est détruit à la faveur du Bonheur des Dames et Baudu meurt. Cayatte met davantage en lumière le conflit entre les deux hommes que Zola le fait dans son livre. Pour Jennifer Wolter, cela est notamment dû au message politique que Cayatte y dissimule. Ce conflit représenterait non seulement l’opposition entre le passé et le futur, mais également entre la résistance française et l’occupation allemande2

PETITS COMMERCES ET GRANDS MAGASINS : DAVID CONTRE GOLIATH

Peu importe le message politique de Cayatte, ce texte se penchera principalement sur le conflit économique entre les grands magasins, évoquant « l’avenir » et « le progrès », et les petits commerçants, « le  passé »3. Les grands magasins, comme celui de Mouret, se développent dès le milieu du XIXe siècle avec leur architecture grandiose et leur grande diversité dans l’offre de produits. Ils prennent rapidement une grande importance dans la société et l’économie. Au Bonheur des Dames est d’ailleurs inspiré d’Au Bon Marché, un des premiers grands magasins français. Ces magasins profitent non seulement des changements dans la mode vestimentaire, qui encouragent une plus grande consommation de vêtements, mais également de la production de biens à moindre coûts rendant la mode accessible à un plus grand nombre d’individus. Leur recours à la publicité leur permet de créer un engouement pour attirer des consommateurs à leur porte4. L’urbanisation contribue également au développement des grands magasins. En effet, les individus immigrants de la campagne vers les villes, comme le fait Denise dans le film, sont plus susceptibles de magasiner dans les grands magasins puisque leurs habitudes de consommation ont déjà été bouleversées. Au contraire, l’ancienne population urbaine tend plus à conserver ses habitudes5. Une plus grande clientèle signifie du même coup, plus de profit que les magasins peuvent réinvestir dans leur développement. 

Publicité de 1910 du grand magasin Au bon Marché Source : https://sites.google.com/site/lesgrandsmagasinsauxixesiecle/la-naissance-des-grands-magasins

Face à ces grands magasins, les petits commerces se démènent pour survivre. La concurrence est féroce. On le constate aisément dans le film où Baudu tente de résister à Mouret qui veut l’acheter pour agrandir son magasin. Les petits commerçants essaient d’attirer la clientèle et de s’adapter aux changements du marché pour survivre. Les friperies, par exemple, tentent d’adapter leur modèle publicitaire, alors principalement oral, établissent des prix fixes et étiquettent les articles pour imiter les grands magasins6. Malgré leurs efforts, ces petits commerces voient leur nombre et leur réputation chuter au profit des plus grands. Ces derniers peuvent accepter une marge de profit réduite afin d’éliminer la compétition. Ils ont contribué à faire de la vente une industrie avec laquelle peut difficilement rivaliser le petit commerçant7.

UN PROGRÈS INÉVITABLE?

Le conflit entre les deux hommes et l’attraction exercée par Au Bonheur des Dames, à la fois sur la nièce et l’apprenti de Baudu dans le film de Cayatte représentent bien cette concurrence. Denise finit par se joindre à Mouret considérant que les grands magasins sont le progrès, l’avenir et que la mort des plus petits, inévitable8. En se basant sur l’actualité, peut-on dire aujourd’hui que Denise a raison, que les grands magasins sont le progrès? 

Pour aller plus loin:

Article d’encyclopédie 

BERG, William J. « Émile Zola », dans Encyclopaedia Britannica en ligne, https://www.britannica.com/biography/Emile-Zola. (mis en ligne le 24 septembre 2020), consulté le 30 Octobre 2020.

Monographie 

BOWLBY, Rachel. Just Looking: Consumer Culture in Dreiser, Gissing and Zola, Londres, Routledge, 2010, 118 p.

Chapitre d’un ouvrage collectif 

DEANE, Phyllis. « The British Industrial Revolution ». Mikulas Teich et Roy Porter, dir. The Industrial Revolution in national context: Europe and the USA, Cambridge, Cambridge University Press, 1996:  13-35.

WOLTER, Jenifer. «Viewing Au Bonheur des Dames in the Context of Occupied France». Anna Gural-Migdal et Robert Singer, dir. Zola and Film: Essays in the Art of Adaptation, Jefferson, McFarland & company, 2005: p.103-116.

Articles scientifiques

CHARPY, Manuel. « Formes et échelles du commerce d’occasion au XIXe siècle, l’exemple du vêtement à Paris ». Revue d’histoire du XIXe siècle, Vol.24 (2002), p.1-24.

  1. William J. Berg, «Émile Zola», dans Encyclopaedia Britannica en ligne, https://www.britannica.com/biography/Emile-Zola. (mis en ligne le 24 septembre 2020), consulté le 30 octobre 2020. []
  2. Jenifer Wolter, «Viewing Au Bonheur des Dames in the Contexte of Occupied France», dans Zola and Film: Essays in the Art of Adaptation, Jefferson, McFarland & company, 2005, p.110-112. []
  3. Wolter, loc. cit. p.111-112. []
  4. Rachel Bowlby, Just Looking: Consumer Culture in Dreiser, Gissing and Zola, Londres, Routledge, 2010, p.1-2 et 40-41. []
  5. Phyllis Deane, «The British Industrial Revolution», dans The Industrial Revolution in national context: Europe and the USA, Cambridge, Cambridge University Press, 1996, p.27. []
  6. Manuel Charpy, «Formes et échelles du commerce d’occasion au XIXe siècle, l’exemple du vêtement à Paris» Revue d’histoire du XIXe siècle, Vol.24 (2002), p.10-15. []
  7. Bowlby, op. cit., p.2-5. []
  8. Jenifer Wolter, Op. cit.¸p.110-112. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.