La loi des pauvres de 1834

Texte écrit par Audrey Tremblay

Alors que la Covid-19 fait rage, les gouvernements mettent en place des mesures pour venir en aide à la population. De telles mesures d’aide sociale ne sont pas nouvelles, mais elles ont connu d’importants changements à plusieurs reprises dans l’histoire. La loi des pauvres de 1834 en Angleterre en est un bon exemple.

Heure du repas au St Pancras Workhouse à Londres en 1911 Source: https://en.wikipedia.org/wiki/Workhouse#/media/File:Women_mealtime_st_pancras_workhouse.jpg

UNE LOI ANCIENNE FACE À DE NOUVEAUX BESOINS

La loi des pauvres, en Angleterre, est un code de loi apparu au XVIe siècle afin de porter secours aux plus démunis de la société, les mères célibataires par exemple. Il s’agit d’une aide distribuée par la paroisse à ces membres1. Cette loi est remplacée vers la fin du XVIIIe siècle par le Speenhamland system accordant aux travailleurs des allocations lorsque leur salaire est jugé insuffisant pour assurer leur subsistance2. Il faut préciser qu’avec la Révolution industrielle combinée avec l’urbanisation et l’augmentation de la population, on assiste à une hausse du prix des aliments et une baisse des salaires. Le système, s’avérant alors coûteux, est remplacé par une nouvelle loi des pauvres en 18343.

NOUVELLE LOI, NOUVELLE GESTION DES PAUVRES

La loi de 1834 vise à décourager les comportements jugés immoraux et à encourager les individus à intégrer le marché du travail. L’aide sociale est une mesure de dernier recours et doit décourager ceux ayant d’autres options4.  Ces objectifs sont réalisés, entre autre, par l’enfermement des pauvres dans les Workhouses. En offrant des conditions de vie inférieures à celles des travailleurs pauvres, ces institutions, selon la commission ayant mis en place la loi, encourageraient la recherche d’emploi. Elles contribueraient également à discipliner les individus qui s’y trouvent, décourager les comportements immoraux et mettre les enfants à l’abri de mauvaises influences afin qu’ils deviennent de bons citoyens et travailleurs5.

 Dans ce contexte, l’aide apportée aux adultes jugés capables de travailler connait dès lors une importante diminution6. Il existe dorénavant de « bons » et de « mauvais » pauvres. Les hommes, surtout ceux jugés aptes au travail, se retrouvent davantage enfermés dans les Workhouses que les femmes. Ces dernières, jugées plus respectables, reçoivent plus facilement de l’aide à l’extérieur de ces institutions. Dans les années 1870, sachant que plusieurs pauvres rejettent les Workhouses même en cas de dernier recours, cette aide à l’extérieure est découragée afin de diminuer les coûts liés à l’aide sociale7.

UN SYSTÈME CRITIQUÉ 

Les multiples critiques de magistrats, de professionnels de la santé ou même de gardiens des Workhouses, pour ne nommer que ceux-ci, envers la loi des pauvres de 1834 mènent à plusieurs modifications de celles-ci au cours du XIXe siècle8. En 1844, par exemple, une loi accorde à nouveau une aide à l’extérieur des Workhouses aux mères célibataires et leur propose des recours contre le père au besoin9.  La mauvaise alimentation dans les Workhouses est également critiquée. Jugée néfaste pour la santé des pensionnaires et, donc nuisible pour leur capacité de se trouver un emploi, celle-ci irait à l’encontre des objectifs de cette loi, selon des médecins. Dès 1837, on instaure alors des modifications dans la gestion des Workhouses. Les spécialistes de la santé, notamment, s’y impliquent de plus en plus, d’autant plus qu’elles abritent en grande majorité des infirmes, des malades, des personnes âgées et des jeunes nécessitant des soins10. Les pauvres sont réticents à recourir à l’aide accordée par la loi de 1834. En effet, les Workhouses sont perçus comme des prisons. Les travailleurs tentent plutôt d’économiser un peu d’argent en cas de chômage ou de blessure. Peu y parviennent, les incitant alors à recourir aux charités privées plutôt qu’à l’État11.

La loi des pauvres de 1834 constitue alors un exemple de changements que peut connaitre l’aide sociale d’un pays suite à des bouleversements. Avec cette loi, l’aide sociale en Angleterre est perçue plus négativement autant par les pauvres qui l’associent aux Workhouses que par les plus fortunés qui y voient un moyen pour les pauvres de ne pas travailler. Selon vous, l’aide sociale est-elle toujours perçue négativement de nos jours? 

Pour aller plus loin:

Article d’encyclopédie:

Editors of Encyclopedia Britannica. « Poor Law ». dans Encyclopaedia Britannica en ligne, https://www.britannica.com/event/Poor-Law (mis en ligne le 26 mars 2020), consulté le 30 octobre 2020.

Chapitre d’un ouvrage collectif:

DEANE, Phyllis. « The British Industrial Revolution ». Mikulas Teich et Roy Porter, dir. The Industrial Revolution in national context: Europe and the USA, Cambridge, Cambridge University Press, 1996:  13-35.

Articles scientifiques:

BOYER, George R.  « “Work for their prime, the workhouse for their age”: Old Age Pauperism in Victorian England ». Social Science History¸Vol.40, No.1 (2016): 3-32.

MILLER, Ian. « Feeding in the Workhouse: The Institutional and Ideological Functions of Food in Britain, ca. 1834–70 ». Journal of British Studies, Vol. 52, No.4 (octobre 2013): p.940-962.

NUTT, Thomas. « Illegitimacy, paternal financial responsibility, and the 1834 Poor Law Commission Report: the myth of the old poor law and the making of the new ». The Economic History Review, Vol.63, No.2 (mai 2010): 335-361.

  1. Thomas Nutt, «Illegitimacy, paternal financial responsibility, and the 1834 Poor Law Commission Report: the myth of the old poor law and the making of the new», The Economic History Review, Vol.63, No.2 (mai 2010), p.335-336; Editors of Encyclopeadia Britannica, «Poor Law», dans Encyclopaedia Britannica en ligne) https://www.britannica.com/event/Poor-Law (mis en ligne le 26 mars 2020), consulté le 30 octobre 2020. []
  2. Editors of Encyclopeadia Britannica, loc. cit. []
  3. Phyllis Deane, «The British Industrial Revolution», dans The Industrial Revolution in national context: Europe and the USA, Cambridge, Cambridge University Press, 1996, p.25-27; Editors of Encyclopeadia Britannica, loc. cit. []
  4. Nutt, loc. cit., p.340-341; Ian Miller, « Feeding in the Workhouse: The Institutional and Ideological Functions of Food in Britain, ca. 1834–70 », Journal of British Studies, Vol. 52, No.4 (octobre 2013), p.943-944. []
  5. Miller, loc. cit., p.943-948. []
  6. George R. Boyer, «“Work for their prime, the workhouse for their age”: Old Age Pauperism in Victorian England», Social Science History¸Vol.40, No.1 (2016) p.19. []
  7. Ibid., p.11 et 18. []
  8. Nutt, loc. cit., p.340; Miller, Loc. cit., p.945 et 951. []
  9. Nutt, loc. cit., p.339-342. []
  10. Ibid., p.947-948 et 952-954. []
  11. Boyer, loc. cit., p.19-20 et 24. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.