Les Misérables de Bille August (1998)

Texte écrit par Yann-Olivier Gauthier-Davidson

Il y a parmi ces grandes œuvres de l’humanité celles qui semblent intemporelles. Les Misérables de Victor Hugo en est une preuve parfaite. Cette grande œuvre littéraire du XIXe siècle fut si souvent reprise qu’il est difficile d’en faire le dénombrement. Son adaptation cinématographique offre à elle seule 34 longs métrages s’échelonnant entre 1906 et 2012. Nous pouvons donc constater comment cette œuvre enflamme les passions, et ce même encore de nos jours. Dans ce texte, je vous propose d’analyser l’une de ces versions cinématographiques « Les Misérables » adaptées à l’écran par Rafael Yglesias et réalisée en 1998 par le réalisateur Danois Bille August. Cette superproduction britanno-allemano-américain d’une durée de 134 minutes est la plus récente produite dans la langue de Shakespeare. Elle nous propose une brochette d’acteurs américains de renom tels que Liam Neeson dans le rôle de Jean Valjean, Uma Turman dans celui de Fantine et Claire Danes dans celui de Cosette. Comme n’importe quelle adaptation cinématographique d’une œuvre littéraire d’envergure, de grands choix ont dû être faits lors de la sélection des scènes et malheureusement cette version des Misérables n’y échappe pas. 

Photo de la distribution principale du film Les misérables, 1998, [en ligne] https://www.alternateending.com/2013/01/the-misery-of-1998.html (consulté 9 novembre 2020 )

Le film commence en occultant une grande partie de l’ouvrage de Hugo et nous offre une prémisse rapide du personnage de Jean Valjean. Car en effet, Auguste décide de complètement soustraire l’épisode important de la vie de Valjean qui le mène en prison, c’est-à-dire le vol d’un pain pour survivre. En quelque courtes scènes, nous réalisons que l’ex-bagnard Jean Valjean vit une épiphanie lorsque celui-ci, accusé du vol de l’argenterie d’un évêque, se voit innocenté par le détroussé. Le réalisateur met ainsi en place le thème général du film, c’est-à-dire la transformation morale de Valjean. Rapidement une transition se fait et nous retrouvons un Jean Valjean maire et propriétaire d’une entreprise dans la petite municipalité de Vigau. Nous comprenons assez rondement que Valjean ancien ouvrier de cette tuilerie a utilisé le profit de son dernier larcin afin d’acquérir l’entreprise. Cependant suite à son épiphanie précédente, celui-ci est considéré par sa communauté comme un homme moral exemplaire. S’amourachant d’une jeune prostituée malade nommée Fantine, Valjean lui promet sur son lit de mort de prendre soin de sa fille bâtarde Cosette. Avec l’inspecteur de police Javert aux trousses, l’ayant préalablement reconnu, Valjean quitte Vigau avec la jeune Cosette et rejoint Paris. La production nous offre à ce moment un bond dans le temps de dix années. Nous retrouvons Valjean et Cosette à Paris à l’aube de l’insurrection républicaine de juin 1832 dans les rues de Paris. Cette insurrection s’orchestre rapidement le 2 juin 1832 lors des obsèques du Général Lamarque, symbole républicain que la monarchie essaie de s’approprier. S’ensuit une confrontation dans les rues de la ville entre les forces révolutionnaires constituées de civils et la garde nationale fidèle à la monarchie. C’est alors au tour de Cosette de s’amouracher d’un jeune révolutionnaire du nom de Marius. Valjean va tout faire pour protéger Cosette de cet environnement révolutionnaire et de Marius. Javert étant toujours à ses trousses, Valjean réalise que c’est l’amour qui prime et va par conséquent sauver la vie de Marius. Alors qu’au final Javert capture Valjean, celui-ci se suicide en lui laissant la vie sauve. 

Bayard, Emile-Antoine, Cosette balayant, 1880, [en ligne] https://www.parismuseescollections.paris.fr/fr/maison-de-victor-hugo/oeuvres/cosette-balayant#infos-principales ( consulté le 9 novembre 2020)

Maintenant, si vous avez trouvé cette trame narrative expéditive, c’est tout à fait normal. Comme toute production cinématographique américaine, celle-ci répond en premier lieu à un besoin de divertissement. Il est donc évident qu’un ouvrage de 2500 pages ne puisse être adapté à l’écran en seulement 135 minutes. Sur une note contextuelle, ce film en comparaison à l’ouvrage littéraire met beaucoup plus l’accent sur les dilemmes moraux de l’époque que sur son contexte politique. Dans ce cas-ci, l’insurrection républicaine de juin 1832 ne sert de vecteur que pour soutenir l’histoire d’amour entre Marius et Cosette. L’ouvrage de Hugo se veut beaucoup plus une incitation à la révolte. Les représentations de la vie du XIXe siècle y sont cependant adéquates. La transformation de Fantine d’ouvrière à prostituée démontre très bien la précarité du travail à cette époque. Les scènes prenant place dans l’usine de Valjean font aussi état d’une séparation du travail en fonction des sexes ce qui était la norme à cette époque. Ce film se veut aussi une fenêtre sur la société du XIXe siècle. À plusieurs reprises, Auguste ne manque pas de nous rappeler la pénible situation des enfants au cœur de cet environnement parisien. Puis au final cette éternelle haine entre les deux protagonistes Javert et Valjean démontre d’une façon subtile les différentes classes sociales de cette ère industrielle. Par cet antagonisme, Hugo démontre la place définitive de chacun dans la société industrielle du XIXe siècle et la quasi impossible ascensions sociale des classes prolétaires. Quant à Javert, ce dernier représente l’intransigeance du fonctionnariat français envers les basses classes, cette mince ligne entre une monarchie avilie et un peuple exténué.

Il est évident que cette production n’a jamais eu l’intention de parfaire l’œuvre de Victor Hugo. Nous pouvons cependant y voir un bon divertissement qui risque de mettre sur la piste ceux qui voudraient approfondir leur connaissance sur le sujet. Ce film reste avant tout un drame romancé à l’eau de rose destiné à un public n’ayant probablement jamais lu une seule ligne de Hugo. Cependant, ne vous méprenez pas, de par sa rectitude sociale ce film reste une description exacte de la France du XIXe siècle. Malgré ses carences au niveau du scénario, cette production joint quand même l’utile à l’agréable, c’est-à-dire passer un bon moment tout en nous insufflant un désir d’approfondir nos connaissances de cet univers qu’a créé Hugo. Il reste maintenant à voir si la version revampée de 2020 sera à la hauteur de cet incommensurable ouvrage littéraire. 

Pour aller plus loin:

JOSETTE. Acher, Anne Ubersfeld et Guy Rosa, Lire Les miserables, Paris, J. Corti, 1985.

RADISEVIC, Lela, Les Misérables à l’écran : de l’adaptation à l’innovation, Thèse de maîtrise, Ontario, McMaster University, French departement, 2011, 100 p.

SZABO, Fabrice, Les Misérables à Hollywood, Cinémaction, « Le Victor Hugo des cinéastes », n.119, mars 2006, pp.84-91.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.