Hymne aux libertés

Texte écrit par Bely Eliezer Yao

Mon travail portera sur un article de journal intitulé « Le 14 juillet 1919 »1. Au regard de la compréhension qui est la mienne et du traitement que je compte en faire, je me propose de le « renommer » en le titrant « Hymne aux libertés ». Ce titre sera le fil conducteur de mon analyse. Analyse, qui j’espère saura ancrer la période de la grande guerre. Aussi, elle devra permettre de pointer certaines réalités qui étaient antérieures à cette époque tout en interrogeant sur les mutations et les bouleversements possibles que la guerre pourrait engendrer. 

Publié le 14 juillet 1919 dans le quotidien parisien, Le Journal des débats, « Le 14 juillet 1919 », fut écrit par Joseph Kessel.  Ecrivain et journaliste français né en 1898 à Clara (Argentine) de parents russes, il fait l’essentiel de sa scolarité à Paris au lycée Louis-le-Grand avant d’intégrer la Sorbonne. Il décède en Avernes dans le Val-d’Oise (France) en 1979.

Écrivain très prolifique, Joseph Kessel a publié quatre-vingts romans dont : « L’Équipage » (1923), « Les Rois aveugles » (1925), « La Passante du Sans-souci » (1936), « Le Lion » (1958) et « Les Cavaliers » (1967). En 1963, Joseph Kessel est admis à l’Académie française2. Mais au-delà de cette consécration, il incarne sans aucun doute l’image que l’on peut se faire de grands aventuriers. Ouvert sur le monde, il restera tout au long de sa vie un curieux des autres, un amoureux de l’ailleurs dont les nombreux voyages à travers le monde inspiraient ses romans.

L’article de Kessel bien qu’étant frappé du symbole que représente le 14 juillet, donc la fête nationale française, est avant tout, un article qui instruit sur un intervalle, qui lui, se situe entre le 28 juillet 1914 et le 11 novembre 1918.  Cette période est celle qui a vu les nations se lancer dans une mondialisation d’un conflit qui fut aussi sanglant que meurtrier. Le texte de Kessel nous invite à des interrogations sur le monde d’après : celui du rapport des individus et des nations avec la liberté, mais aussi avec ceux qui se sont battus pour la défendre. L’article de Kessel est une forme de double témoignage. Dans un premier temps, Joseph Kessel se cantonne à son métier de journaliste. Dans un quasi instantané qui témoigne d’une certaine communion, Kessel montre qu’il est partie prenante des scènes qu’il décrit. Cette implication n’est pas seulement celle de sa présence journalistique. Ici, il devient essentiel de souligner le fait qu’à l’instar de ses contemporains, la vie de Kessel, fut également marquée par la guerre. S’étant engagé dans l’artillerie et dans l’aviation lors de la grande guerre, sa couverture du défilé militaire offre un regard intime sur ce 14 juillet 1919. C’est certes un reportage de journaliste mais c’est aussi, le témoignage d’un initié qui a expérimenté la guerre. Il retrouve ses frères d’armes mais en étant parmi les civils.  Il ne s’agit pas de ouï-dire. Il dit : « J’ai vu des vieilles femmes, des enfants, dimanche soir […] Ces gens trouvaient qu’il valait la peine de passer une nuit à la dure ».

Dans son texte, Kessel gomme de la foule spectatrice toute référence au masculin. Comme pour suggérer un appel au drapeau qui a été entendu par des hommes, jeunes et forts qui revenus de la guerre sont aujourd’hui engagés dans un défilé militaire. Le tableau qu’il décrit marque une ligne de démarcation entre le symbole de la force, de la virilité du courage et du sacrifice incarné par les hommes. Tandis que, les qualificatifs de vieilles femmes et d’enfants qu’il utilise expriment eux, une certaine fragilité et une innocence qu’il faut à tout prix sauvegarder.

Ces derniers sont à protéger et trouvent leur salut dans la bravoure de ceux qui ce 14 juillet font résonner le son de leurs bottes sur les pavés parisiens.  Mais cette liberté, ils la doivent également à ceux dont la voix et le regard se sont à jamais tus, car tombés sur le champ de bataille. Ces patriotes morts ou vivants donnent à l’ensemble de la France une raison d’être fière, voire d’être réhabilitée de la défaite de 1870. Ce patriotisme sera à certains égards orchestré par le gouvernement français. Ce dernier voudra capitaliser et se servir de cette victoire. Il aura attendu 8 mois pour faire coïncider les célébrations de la victoire à celles de la fête nationale3.

Joseph Kessel, n’est certainement pas hermétique aux injonctions faites par le gouvernement à ce sujet. Mais il privilégie l’hommage et la reconnaissance qui est faite aux combattants. Il montre un peuple qui « sait taire ses différences » pour ne faire qu’un. Cette unité est soulignée par Kessel qui décline les centaines de milliers de personnes présentes dans une seule et unique singularité. Dans son texte, il écrit : « Il y a des foules sur les trottoirs, si denses que le moindre mouvement les fait vaciller ensemble d’un seul frisson, d’une seule volée. Il y a un peuple immense à la Concorde […] Toute cette masse innombrable est calme et souriante. […] Elle attend ».

Cette reconnaissance semble commander une humilité et une candeur qui n’échappe pas à la sensibilité et au bon sens des célébrants, qui comme gênés, voire coupables des meurtrissures des soldats au destin brisé tempèrent leur joie.  En effet, le temps d’un l’instant, la guerre s’impose et rappelle son horreur à cette foule venue célébrer. Kessel témoigne de cette retenue en disant : « Tout à l’heure, quand les mutilés sont passés, il y a eu une contrainte, une pudeur dans les acclamations. Devant les martyrs, les cris n’osaient s’élever trop joyeux ».

Cependant, le moment reste important donc à marquer, car étant le premier 14 juillet de l’après-guerre. Cette solennité est comprise par Kessel qui entend donner à cette victoire et à cette fête nationale un caractère spécial. Son article constitue une gloire aux vainqueurs, une déclaration d’amour et une reconnaissance faite à ceux qui se sont engagés et se sont sacrifiés afin que la République retrouve sa grandeur. Kessel fait un parallèle, une juxtaposition dans laquelle ce 14 juillet 1919 se confond et s’inscrit dans les codes de la romanité. Des personnages plus grands que nature sont célébrés (Pétain ; Joffre Foch). Ces leaders sont l’incarnation de la force de la figure paternelle qui rassure. Héros que l’on acclame plus que quiconque, ils sont portés au panthéon du sacré, hissés à la hauteur des généraux romains car garants de l’autorité et de la puissance. Cette puissance est aussi celle de l’État. La France est forte car son armée est glorieuse. Comme pour rappeler cette grandeur, Kessel mentionne des lieux qui font parties du paysage urbain et dont les noms témoignent des succès militaires français (Arc de triomphe, Avenue de la Grande Armée).

Le descriptif de Kessel est également celui des libérateurs venus d’ailleurs.  Ne serait-il pas une manière de souligner l’une des singularités de la romanité ? Cette citoyenneté inclusive, qui unie et que l’on peut acquérir par la culture et la civilisation commune ? Mais en déclinant ces spécificités physiques et les origines géographiques de ces soldats, c’est avant tout, les espaces d’influence des puissances engagées dans cette guerre que l’article met en évidence.

La France et ses alliés, plus particulièrement l’Angleterre incarnent bien l’idée d’une géopolitique et d’une géostratégie réussie. C’est une démonstration des alliances et une coopération entre grandes puissances qui savent le moment venu, taire leurs divergences et s’unir autour d’enjeux communs. Cette influence est également observable dans le caractère tentaculaire de la France. Présente sur plusieurs continents, elle mobilise des contingents d’une diversité impressionnante qu’une partie du peuple français découvre et célèbre.

C’est un hommage à ceux qui comme, un seul homme se sont levés et ligués pour la défense d’une terre lointaine. Cette terre n’était pas la leur, ses habitants n’étaient ni leur mère, ni leur père, ni leurs frères, ni leurs sœurs, ni leur épouse, ni leurs enfants. De cette terre, de ce pays, ils ne savaient que peu de choses. Sinon qu’elle leur était dans bien des cas hostile, car entretenant avec eux un rapport basé sur une domination coloniale qui perpétuait la dénégation de leurs droits et des libertés auxquelles ils aspiraient en tant que peuples. Dans ce monde d’après, quel serait le dialogue entre dominants et dominés qui bien que meurtris par une guerre qui n’était pas la leur se savaient à jamais légitimés dans une quête : celle de leur propre liberté.

En guise de conclusion, je dirais que le texte de Kessel est fort intéressant sur plusieurs aspects. Premièrement, dans son style qui s’apparente à une poésie. C’est également une photographie qui révèle un moment, des sentiments et des sensations pris à chaud et dans l’instantanée. Deuxièmement, l’on pourrait reprocher à l’auteur d’esquiver des questions essentielles telles : la propagande d’État, la glorification de la guerre ou les libertés de colonies qui se sont battues aux côtés des colonisateurs.

Bien que détaillé, ce texte doit plutôt être appréhendé comme étant une matière brute qui n’incite pas uniquement à la célébration. En effet, il laisse aux lecteurs, le loisir de se poser des questions et de se positionner sur des termes qui restent d’actualité. Il suffit par exemple, de faire la recension des arguments des mouvements de la « décolonisation » ou de regarder les statues qui sont déboulonnées à travers le monde pour comprendre que les rapports entre les peuples et les héros d’une nation peuvent être contestés. Et ce, au nom des libertés.

Pour aller plus loin:

Becker, Annette. Du 14 juillet 1919 au 11 novembre 1920 mort, où est ta victoire ? In : Vingtième Siècle, revue d’histoire, n°49, janvier-mars 1996. pp. 31-44.

http://www.gallimard.fr/Footer/Ressources/Entretiens-et-documents/Plus-sur-l-auteur/En-savoir-plus-sur-Joseph-Kessel/(source)/184104

https://www.larousse.fr/encyclopedie/personnage/Joseph_Kessel/127331

https://www.persee.fr/docAsPDF/xxs_0294-1759_1996_num_49_1_3482.pdf

  1. Joseph Kessel. « Le 14 juillet 1919 », Le Journal des débats, 14 juillet 1919 []
  2. Editions Gallimard. http://www.gallimard.fr/Footer/Ressources/Entretiens-et-documents/Plus-sur-l-auteur/En-savoir-plus-sur-Joseph-Kessel/(source)/184104 []
  3. Dans le contexte de l’époque, plusieurs (catholiques, socialistes, anciens combattants, etc.,) étaient opposés à ce qu’ils estimaient être une récupération politique, une propagande d’État. Voir Becker Annette. Du 14 juillet 1919 au 11 novembre 1920 mort, où est ta victoire ? In : Vingtième Siècle, revue d’histoire, n°49, janvier-mars 1996. pp. 31-44 []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.