Marx et la mobilisation du prolétariat

Texte écrit par Koniba Traoré

Karl Marx et la naissance de l’Association Internationale des Travailleurs

Le manifeste inaugural de l’Association Internationale des Travailleurs est une adresse rédigée par Karl Marx à l’occasion de la fondation de l’organisation du même nom le 28 septembre 1864. Karl Marx est sans contexte l’un des adeptes les plus connus des courants socialiste, communiste et ouvrier du dix-neuvième siècle. Militant anticapitaliste convaincu et acteur de premier plan de la lutte des classes, le philosophe, sociologue, économiste et historien d’origine allemande écrit ce texte afin d’étayer sa position selon laquelle seule l’union des travailleurs du monde — ou de l’Europe, dans les faits — permettrait de mettre un terme aux inégalités criantes causées par le capitalisme.

Le manifeste est un appel à l’action qui relate la piètre condition de toutes les catégories de travailleurs au Royaume-Uni et en Europe continentale au dix-neuvième siècle, et ce malgré l’accroissement considérable du volume des activités économiques européennes et outre-Atlantique durant cette même période. L’intellectuel allemand dépeint avec force détails la misère crasse du prolétariat, plus particulièrement de la période allant du printemps des peuples de 18481 – une période révolutionnaire durant laquelle on a vu se soulever simultanément d’importantes franges des classes ouvrières de plusieurs pays européens – au début des années 1860. Il rappelle l’échec des initiatives non concertées entreprises par les membres du mouvement ouvrier avant d’appeler à l’union des travailleurs d’Europe.

La problématique de ce texte est donc résolument centrée sur les conditions de vie des travailleurs européens au dix-neuvième siècle, ainsi que sur les conséquences dévastatrices de la mutation d’une jeune économie industrielle sur les masses populaires. Dans le billet qui suit, nous allons commenter le niveau de misère extrême décrit par Karl Marx ainsi que la solution qu’il présente comme la seule alternative pour libérer les prolétaires européens de l’oppression de leur bourgeoisie. 

Une image vivace de la pauvreté

La pauvreté extrême existe encore de nos jours, dans certains coins du monde plus que dans d’autres, mais les mots de Karl Marx peignent un portrait très vivace de ce fléau durant la seconde moitié du dix-neuvième siècle : « […] l’examen de l’état des familles agricoles a démontré que plus du cinquième d’entre elles est réduit à une quantité moins que suffisante d’aliments carboniques, et plus du tiers à une quantité moins que suffisante d’aliments azotés ; […] l’insuffisance des aliments azotés est, en moyenne, le régime local. »

Cet extrait est un exemple parmi tant d’autres où Marx, chiffres et statistiques à l’appui, illustre l’ampleur de la pauvreté réellement vécue par les classes ouvrières en citant les faits pertinents à ce diagnostic et leur provenance. De plus, ce passage expliquant que près de 20 % des familles vivant en zone rurale dans l’Angleterre des années 1860 souffraient de malnutrition chronique est d’autant plus déroutant que ce pays était une puissance économique dominante précisément durant cette période : à titre d’exemple, le Royaume-Uni ne comptait que pour 2 % de la population mondiale mais produisait plus de 40 % des biens manufacturés2. Malgré cette richesse indéniable, « les pires des criminels condamnés, les forçats de l’Angleterre et de l’Ecosse, travaillaient beaucoup moins et étaient beaucoup mieux nourris que les travailleurs agricoles ».  Par ailleurs, « prévenir les maladies causées par la famine » était un enjeu qui préoccupait même la Chambre des Lords (la chambre haute du parlement du Royaume-Uni) car ce problème était à la fois très valide et son ampleur bien connue.

Les conséquences de cette misère avaient également un impact sur la dignité de ces prolétaires qui se tuaient au travail pour une compensation qui ne suffisait pas à couvrir tous leurs besoins de base : « le manque de nourriture suffisante n’arrive jamais que précédé de bien d’autres privations […] La propreté même est regardée comme une chose très chère et difficile, […] chaque effort de la sorte est nécessairement payé par un surcroît des tortures de la faim. » La juxtaposition de l’effervescence économique de l’Angleterre des années 1860 à la misère extrême d’un segment significatif de sa population est capitale à la thèse de Marx : le capitalisme est un système fondamentalement déficient qui se traduira toujours par l’oppression des masses travailleuses, et qui doit donc être remplacé. 

Un système conçu pour accélérer la concentration des richesses

« De 1842 à 1852, le revenu imposable du pays s’est accru de 6 % ; dans les huit années de 1853 à 1861, il s’est accru de 20 % […] Cette vertigineuse montée de richesses et de puissance, ajoute W. Gladstone, se limite entièrement aux classes possédantes. » Cette déclaration du chancelier de l’Échiquier (ministre du gouvernement) résume presque entièrement la deuxième partie de l’argumentaire implicite du manifeste inaugural de l’Association Internationale des Travailleurs. Selon Marx, le capitalisme est et sera toujours un système d’oppression des masses car la richesse qu’il génère est concentrée entre les mains des classes possédantes3 — les détenteurs du capital — qui tirent également les ficelles des détenteurs du pouvoir politique afin de s’assurer que le système continue à fonctionner à leur avantage… au détriment des prolétaires.

Pour appuyer son point, Marx rappelle l’échec des initiatives de défense des droits des travailleurs dans les décennies précédant la formation de l’Association Internationale des Travailleurs : « Après la défaite des révolutions de 1848, toutes les associations et tous les journaux politiques des classes ouvrières furent écrasés sur le continent par la main brutale de la force […] et les rêves éphémères d’affranchissement s’évanouirent devant une époque de fièvre industrielle, de marasme moral et de réaction politique. » Selon l’intellectuel allemand, la cause principale de l’échec de ces révolutions était le manque de solidarité entre les travailleurs d’Europe continentale et ceux de Grande-Bretagne : « Si autrefois il n’y avait pas eu solidarité d’action entre la classe ouvrière de la Grande-Bretagne et celle du continent, maintenant il y a, en tout cas, entre elles, solidarité de défaite. »

Marx postule donc que le plus sûr moyen de redonner aux travailleurs du monde leur dignité et la juste valeur de leur labeur réside dans la coopération à très grande échelle, c’est-à-dire qui s’étend au-delà des frontières nationales. Après avoir mentionné le succès relatif de manufactures coopératives mises sur pied par une poignée de prolétaires entreprenants, Marx avance le dernier pion de son argumentaire en rappelant le peu d’impact de ces initiatives sur le sort du travailleur moyen : « […] le travail coopératif, limité étroitement aux efforts accidentels et particuliers des ouvriers, ne pourra jamais arrêter le développement, en proportion géométrique, du monopole, ni affranchir les masses, ni même alléger un tant soit peu le fardeau de leurs misères. » Sa conclusion est donc claire et sans appel : « Prolétaires de tous les pays, unissez-vous!»

La pensée de Marx de nos jours

Si les écrits et propos de Marx n’ont jamais fait l’unanimité, il est indéniable qu’il a été parmi les critiques les plus vocaux des pires aspects du capitalisme. Dans le manifeste du parti communiste dont Engels et Marx sont les plus célèbres co-auteurs, l’intellectuel allemand prophétise notamment l’appauvrissement tendanciel des travailleurs du monde : « L’ouvrier moderne au contraire, loin de s’élever avec le progrès de l’industrie, descend toujours plus bas, au-dessous même des conditions de vie de sa propre classe. Le travailleur devient un pauvre, et le paupérisme s’accroît plus rapidement encore que la population et la richesse. »4 Si les écarts de richesse entre les mieux nantis et les autres sont nettement plus importants qu’ils ne l’étaient à l’époque de Marx, il serait faux de dire que le sort du travailleur moyen contemporain est pire que celui de ses pairs du dix-neuvième siècle, et ce malgré le fait que l’utopie d’association des travailleurs du monde entier ne s’est jamais concrétisée.

Ceci étant dit, l’intellectuel allemand a correctement identifié des tendances de fond liées au capitalisme et que l’on observe encore aujourd’hui, notamment la formation de crises cycliques5 opposant la masse des travailleurs aux élites de leurs pays. Marx était-il en avance sur son temps ou simplement dans l’erreur? Seul l’avenir nous le dira. 

Pour aller plus loin:

Bensimon, F. (2013). De l’ancien au nouvel Empire (1780-1870). Dans : Fabrice Bensimon éd., L’Empire britannique (pp. 22-32). Paris, Presses Universitaires de France

Caron, J. (2016). ‏« Printemps des peuples » : pour une autre lecture des révolutions de 1848. Revue d’histoire du XIXe siècle, 1(1), 31-45. https://doi.org/10.4000/rh19.4988

Hewitt C.L. (2019) Marx’s Prescient Theory of Centralization of Capital: Crises and an Nkrumahist Response. In: Gupta S., Musto M., Amini B. (eds) Karl Marx’s Life, Ideas, and Influences. Marx, Engels, and Marxisms. Palgrave Macmillan, Cham. https://doi.org/10.1007/978-3-030-24815-4_15

Marx, K. et Engels, F.  (1848). Le manifeste du parti communiste. Londres, Royaume-Uni, p. 24-25.

Viparelli, I. (2010). Crises, révoltes et occasion révolutionnaire chez Marx et Lénine. Actuel Marx, 1(1), 27-42. https://doi.org/10.3917/amx.047.0027

  1. Caron, J. (2016). ‏« Printemps des peuples » : pour une autre lecture des révolutions de 1848. Revue d’histoire du XIXe siècle, 1(1), 31-45. https://doi.org/10.4000/rh19.4988 []
  2. Bensimon, F. (2013). De l’ancien au nouvel Empire (1780-1870). Dans : Fabrice Bensimon éd., L’Empire britannique (pp. 22-32). Paris, France: Presses Universitaires de France []
  3. Hewitt C.L. (2019) Marx’s Prescient Theory of Centralization of Capital: Crises and an Nkrumahist Response. In: Gupta S., Musto M., Amini B. (eds) Karl Marx’s Life, Ideas, and Influences. Marx, Engels, and Marxisms. Palgrave Macmillan, Cham. https://doi.org/10.1007/978-3-030-24815-4_15 []
  4. Marx, K. et Engels, F.  (1848). Le manifeste du parti communiste. Londres, Royaume-Uni, p. 24-25 []
  5. Viparelli, I. (2010). Crises, révoltes et occasion révolutionnaire chez Marx et Lénine. Actuel Marx, 1(1), 27-42. https://doi.org/10.3917/amx.047.0027 []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.