L’Indépendance du Congo

Texte écrit par Patrick Gosselin

Le document dont j’ai pris connaissance est le discours de l’indépendance du Congo. Patrice Lumumba a prononcé ce discours lors de la cérémonie de l’indépendance à Léopoldville. Ce discours était principalement pour défendre la libération du Congo qui était sous la domination des Belges blancs. En effet, les Congolais en avaient assez de la domination européenne et de l’esclavage qu’ils subissaient depuis des décennies. C’est ce que Lumumba tentait de faire valoir lors de cette prise de parole historique. La transcription de ce discours est une source officielle fournie par le département des affaires étrangères de Bruxelles.

Le discours a été prononcé le 30 juin 1960 par Patrice Lumumba. Ce dernier était le premier ministre et le ministre de la Défense nationale de la République démocratique du Congo.

Patrice Lumumba dénonçait dans son discours la méchanceté du peuple belge ainsi que la façon dont ils ont profité de leur statut d’homme blanc européen pour assujettir la population congolaise. Néanmoins, il importe de s’interroger sur l’influence que la haine ressentie par M. Lumumba a eue sur son discours. La situation dépeinte dans ses paroles était-elle réellement représentative de la réalité1 ?

Durant la conférence de Berlin sur la séparation de l’Afrique entre les grandes puissances européens le Congo a elle aussi été séparer. Cependant, la séparation du Congo au profit des belges a son côté l’égale en Europe, mais pour les peuples vivant sous la nouvelle gouvernance européens étaient-ils en accord de se faire volé leur territoire. « Nous avons connu nos terres spoliées au nom de textes prétendument légaux, qui ne faisaient que reconnaitre le droit du plus fort, nous avons connu que la loi ne fût jamais la même, selon qu’il s’agissait d’un blanc ou d’un noir, accommodante pour les uns, cruelle et inhumaine pour les autres. » Il importe de mentionner que, durant plus de la moitié du 20e siècle, la vie pour les personnes vivant au Congo était constituée presque exclusivement de longue journées de labeur. En effet, c’est en 1910 que la politique européenne a institué le travail forcé pour les habitants du Congo. De nouvelles taxes et divers mauvais traitements se sont ajoutés à cela. De plus, les colonisateurs n’ont pas tardé à vouloir développer leur nouvelle conquête, notamment, en bâtissant de nouvelles infrastructures. Le chemin de fer Congo-Océan, partant de la capitale Brazzaville aux ports atlantiques de Pointe-Noire, en est un exemple. Ce chemin de fer était destiné à l’acheminement des matières premières comme le cuivre vers le port atlantique du Congo. La construction de ce chemin de fer, qui durera plus de 13 ans, marquera à jamais la population en fauchant des milliers de vies humaines dans des conditions médiocres ou les hommes et les femmes travaillaient 14 heures par jours 7 jours semaine pour finir avec un faible repas. De plus, lorsque le décret de lois a été signé, le roi Léopold II annonce que les personnes noires devront faire du travail forcé. Par la suite, lors de la conférence de Berlin et de la séparation de l’Afrique entre les grandes puissances européennes, aucune nation autochtone ni aucun peuple africain n’ont été consultés2.

Pour comprendre le message  de Lumumba, il faut savoir que durant la colonisation, la ségrégation noir et blanc était très en vogue. De plus, cela était approuver par le pape lui-même partout dans le monde. « Nous avons connu qu’il y avait dans les villes des maisons magnifiques pour les blancs et des paillotes croulantes pour les noirs : qu’un noir n’était admis ni dans les cinémas, ni dans les restaurants, ni dans les magasins dits européens, qu’un noir voyageait à même la coque des péniches au pied du blanc dans sa cabine de luxe. »  Avant la révolution du Congo, la ville de Léopoldville était séparée en deux parties, dans l’une de celles-ci les blancs habitaient dans de grandes maisons et dans l’autre, de l’autre côté de la clôture, il y avait les maisons délabrées des habitants congolais. En effet, aucun noir ne pouvait accéder à la ville s’il n’avait pas une autorisation. De plus, à partir de 18 heures, aucun noir ne pouvait entrer dans la ville et les soldats fouillaient les voitures des résidents pour s’assurer qu’aucune personne noir s’évie dans la ville et cela jusqu’au petit matin quand les domestiques devaient aller travailler chez les pourvoyeurs blancs. En outre, quand un homme de race blanche et une femme noire donnaient naissance à un ou une métis(e), cet enfant était donné immédiatement à un orphelinat religieux. En effet, les communautés d’homme blancs et de femmes noires ne devaient pas se mélanger et cela était très important pour la communauté religieuse de l’époque. Pour finir, il était formellement interdit à une personne de couleur noire de fréquenter les mêmes établissements qu’une personne blanche3.

Pour conclure, les Belges ont revendiqué les terres congolaises avec des documents signés à plus de 2000 km du pays. Ils ont soumis le peuple à l’esclavage et leur ont retiré tous leurs droits. Donc, les injustices que Patrice Lumumba dénonçait dans son discours s’incarnaient bel et bien sur le plan social, économique et moral. Cependant, en 2019 la Belgique a présenté des excuses officielles au peuple congolais pour les mauvais traitements qu’il a fait subir durant la colonisation. De plus, toutes les statues du roi Léopold II ont été enlevées des rues dans les villes du Congo en raison de la maltraitance du peuple congolais.

Pour aller plus loin:

Université de Sherbrooke, département des facultés des lettres et sciences humains, perspective du monde, discours de l’indépendance https://perspective.usherbrooke.ca/bilan/servlet/BMDictionnaire?iddictionnaire=1447 page consultée le 2 février 2021.

Gérard-Libois, J. & Verhaegen, B. (1985). Le Congo: Du domaine de Léopold II à l’indépendance. Courrier hebdomadaire du CRISP, 12(12), 1-34. https://doi.org/10.3917/cris.1077.0001, page consultée le 2 février 2021.

Université de Sherbrooke, faculté des lettres et sciences humains, Perspective du monde « début des émeutes à Léopoldville, au Congo Belge», https://perspective.usherbrooke.ca/bilan/servlet/BMEve/1330.

CHALUX, Un an au Congo belge, Bruxelles, 1925, p. 122-123. http://www.democratieoubarbarie.cfwb.be/index.php?eID=tx_nawsecuredl&u=0&g=0&hash=0e9ac89dd6f03bb037abb286eb1adf9abf5a135c&file=fileadmin/sites/dob/upload/dob_super_editor/dob_editor/documents/Dossiers_pedagogiques/Valise__Congo_/Fiche_1/Fiche_1al.pdf, page consultée le 2 février 2021.

Assumani Budagwa, Metis de Belgique, « la ségrégation ciblée des Métis sous l’administration coloniale belge au Congo belge et au Ruanda-Urundi» http://metisbe.squarespace.com/bronnensources/2018/2/22/audition-0702-chambre-des-representants-assumani-budagwa, page consultée le 2 février 2021.

  1. Université de Sherbrooke, département des facultés des lettres et sciences humains, perspective du monde, discours de l’indépendance https://perspective.usherbrooke.ca/bilan/servlet/BMDictionnaire?iddictionnaire=1447 page consultée le 2 février 2021. []
  2. Gérard-Libois, J. & Verhaegen, B. (1985). Le Congo: Du domaine de Léopold II à l’indépendance. Courrier hebdomadaire du CRISP, 12(12), 1-34. https://doi.org/10.3917/cris.1077.0001 page consultée le 2 février 2021 []
  3. CHALUX, Un an au Congo belge, Bruxelles, 1925, p. 122-123. http://www.democratieoubarbarie.cfwb.be/index.php?eID=tx_nawsecuredl&u=0&g=0&hash=0e9ac89dd6f03bb037abb286eb1adf9abf5a135c&file=fileadmin/sites/dob/upload/dob_super_editor/dob_editor/documents/Dossiers_pedagogiques/Valise__Congo_/Fiche_1/Fiche_1al.pdf  page consultée le 2 février 2021; Assumani Budagwa, Metis de Belgique, « la ségrégation ciblée des Métis sous l’administration coloniale belge au Congo belge et au Ruanda-Urundi» http://metisbe.squarespace.com/bronnensources/2018/2/22/audition-0702-chambre-des-representants-assumani-budagwa page consultée le 2 février 2021 []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.