Le regard de la classe politique sur la révolution de 1848

Texte écrit par Léa Menanteau

La révolution de février 1848 vu par Alexis de Tocqueville est un témoignage raconté après les faits, soit en 1893. Ce témoignage est dans ses Souvenirs, paru en 1893 où il écrivait à propos de la révolution de 18481. Notons que l’auteur fait part de son récit avec un recul de plusieurs années, ce qui lui permet de connaitre les conséquences importantes de l’insurrection de 1848. Le récit évoque les événements du 23 février 1848, se déroulant à Paris. L’auteur, Alexis Charles Henry, Comte de Tocqueville, avait prédit une révolution et il s’efforça de prévenir les politiques de leur corruption et leur mépris fasse aux revendications du peuple. Le 27 janvier 1848, soit un peu moins d’un mois avant les événements, Tocqueville fait en discours en présence du premier ministre François Guizot, où il dénonce la corruption et annonce une insurrection du peuple français1. Il faut dire que le contexte de 1848 laisse présager un soulèvement du peuple, alors que l’esprit révolutionnaire de 1789 perdure et que le roi Louis-Philippe gère une monarchie constitutionnelle qui alimente la corruption.2

Le document présente l’observation que Tocqueville fait de la révolte de février 1848, avec le recul de 1893. Ce document nous permet de nous plonger au cœur des événements et d’en comprendre les détails. Plus encore, il permet de répondre à la question suivante : « Qu’elles furent les révoltes du 23 février 1848 sous le regard d’un politicien et philosophe-t-elle que Tocqueville? Que peut-on ressortir de l’aspect sociohistorique de l’évènement grâce à son témoignage? ».

La foule se soulève

En premier lieu, Tocqueville observe les rues et les foules en se rendant à l’Assemblée et il raconte « un grand nombre d’omnibus réunis autour de la Madeleine ».3 À la suite de la démission de Guizot, le grand ministre de la Monarchie de Juillet, le camp réformiste est revigoré et décide, le 23 février 1848, de se rendre au Ministère des Affaires étrangères pour allumer des lampions. Contre toute attente, alors que tous : « se communiquait l’heureuse nouvelle du renvoi des ministres », les événements dégénèrent rapidement et une fusillade éclate sur le boulevard des Capucines4.  L’incident fait 10 morts et, sous l’œil intrigué de Tocqueville, le peuple de Paris afflue dans les rues de la capitale. Alexis De Tocqueville observe les barricades se monter et raconte « Cependant, on doutait encore qu’il s’agisse d’une prise d’armes sérieuse. »3. En effet, à ceux moments, personne ne se doutait que l’insurrection de la nuit du 23 février 1848 mènerait à l’abdication du dernier roi de France5. Ensuite, l’auteur nous décrit la construction des barricades. Ce témoignage détaillé donne des informations précisent sur l’élaboration des barricades partout dans la ville.

Les observations de Tocqueville

Par la suite, Tocqueville et Francisque de Corcelle, fonctionnaire politique, décident de se séparer pour mieux observer les agitations de toute la ville. Il faut comprendre que Tocqueville est un philosophe qui à analyse avec un œil critique les révoltes de son temps. Il aime s’informer, analyser et observer, bien qu’il portera un avis négatif sur les insurrections de février 1848. En effet, Tocqueville critique le socialisme et défini 1848 comme une trahison à celle de 17891. On peut constater son mépris pour les révolutionnaires par sa façon de décrire la mésaventure de Corcelle avec la construction des barricades. Alors que les réformistes demandent à Corcelle de les aider au nom de la fraternité, on comprend qu’il accepte de les aider avec une grande réticence : « Corcelle était brave comme César. Mais il jugea avec raison que dans cette circonstance il n’y avait rien de mieux à faire que de céder sans bruit. […]  Sa maladresse naturelle et ses distractions vinrent heureusement à son aide. On le congédia bientôt comme un ouvrier inutile »3.  Alexis qualifie l’excursion de son partenaire de « excursions qui faillit lui tourner mal »3. Plus encore, le Printemps des peuples et plus particulièrement la révolution de 1848 amène un nouveau terme à aux idées révolutionnaires et républicaines, celui de la fraternité. Alors que Corcelle rejette du revers de la main l’esprit de fraternité qui lui est proposé en travaillant lâchement, cette idée de fraternité viendra par la suite compléter l’emblème de la République française : liberté, égalité, fraternité (ARTE, 2020).

Par ailleurs, on note aussi les sentiments bien opposés entre Tocqueville et les manifestants face à la situation. En effet, Tocqueville observe l’insurrection sans grande émotion, si ce n’est de la crainte pour les mésaventures de son compagnon. En parallèle, la population de Paris est-elle envahie par une fervente haine : « Vengeance ! Ces cadavres étaient ceux de citoyens, de femmes et enfants qu’une décharge à bout portant venait d’étendre sur le pavé, en face du ministère des affaires étrangères »4.

On peut donc observer, par le témoignage de Tocqueville, le regard bien distinct sur les évènements de 1848 entre les deux classes qui s’opposent : « Ce n’est pas une émeute, c’est la plus terrible de toutes les guerres civiles, la guerre de classe à classe, de ceux qui n’ont rien contre ceux qui ont. »6

Les fusillades

À la suite des mésaventures de Corcelle, Tocqueville se dirige sur les rues du quartier Saint-Denis et Saint-Martin où il observe une agitation élevée. Il croise alors un homme de la garde nationale qui vient de perdre un camarade dans un feu meurtrier des réformistes. Alors que la garde nationale tente en vain de contenir la population, les violences ne cessent de croitre. Néanmoins, les révoltes prennent une autre tournure lorsque la garde nationale décide finalement se retourner contre la Monarchie de Juillet. À la suite de ce reversement, le roi se voit pousser à l’abdication.  ((ARTE, 2020))

Conclusion

En somme, le témoignage d’Alexis de Tocqueville permet de comprendre les détails de la révolte de 1848 au cœur des événements. On peut analyser la forte agitation des foules et la construction détaillée de barricade un peu partout dans la ville. Plus encore, ce document iconographique nous permet de mieux comprendre la réalité sociale de l’époque, notamment avec l’interprétation des événements par un politicien comme Tocqueville. On constate l’enthousiasme inexistant de la par des deux politiciens fasse à l’esprit fraternel des réformistes de 1848 qui marquera l’histoire de la France. Évidemment, le document comporte plusieurs limites, notamment par sa très courte longueur et plus encore avec son point de vue très singulier, qui ne représente pas toute la situation sociale de l’époque. Néanmoins, il comporte très peu de limites si on l’utilise comme fait plus haut, soit dans un but de comprendre le point de vue de la classe politique face à la révolution de 1848.

Pour aller plus loin:

Ancery, P. (21 février 2018). 23 février 1848 : La promenade des cadavres. Retronews. (Consulté le 22 février 2021) https://www.retronews.fr/politique/echo-de-presse/2018/02/21/23-fevrier-1848-la-promenade-des-cadavres

Ancery, P. (22 février 2018). 24 février 1848 : l’abdication du dernier roi de France. Retronews. (Consulté le 22 février 2021) https://www.retronews.fr/politique/echo-de-presse/2018/02/22/24-fevrier-1848-labdication-du-dernier-roi-de-france

Ancery, P. (23 février 2018). 1848: le regard de Tocqueville sur la révolution qu’il avait prédite. Retronews. (Consulté le 22 février 2021) https://www.retronews.fr/politique/echo-de-presse/2018/02/23/1848-le-regard-de-tocqueville-sur-la-revolution-quil-avait

ARTE (Réalisateur). (2020). Quand L’Histoire Fait Dates 1848 : Le Printemps des Peuples [Film]. (Consulté le 22 février 2021)

Tocqueville, A. (1893). La révolution de février 1848 vue par Alexis De Tocqueville. (Consulté le 22 février 2021) https://clio-texte.clionautes.org/larevolution-fevrier-1848-vue-par-aristocrate-liberal.html

  1. Ancery, 2019 [] [] []
  2. ARTE, 2020 []
  3. Tocqueville, 1893 [] [] [] []
  4. Ancery, 21 février 2018 [] []
  5. Ancery, 22 février 2018 []
  6. Ancery, 23 février 2018 []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.