Discours de Dolores Ibaruri à Madrid, pour le départ des brigades internationales, octobre 1938

Texte écrit par Tristan-Félix Richard

Le document qui sera étudié dans le texte suivant se trouve  être un discours de Dolores Ibaruri à Madrid en octobre 1938. Ce discours, intitulé « pour le départ des brigades internationales », raconte l’intervention des individus d’origines multiples étant allés en Espagne afin d’aider à la victoire républicaine durant la guerre civile espagnole de 1936-1939 et ainsi contrer l’avancer des mouvements fascistes en Europe. Ces brigades internationales sont un regroupement de soldats internationaux, comprenant environ 60 000 hommes, provenant de partout en Europe et venant en Espagne afin de contrer la montée du fascisme, à la suite de la tentative de coup d’état par Francisco Franco en juillet 1936. De son côté, l’auteure du discours Dolores Ibaruri, est une militante communiste et député des Asturies qui s’est rangé du côté républicain durant la guerre d’Espagne. Afin de comprendre le climat de l’époque, on doit comprendre que le discours sera en faveur du côté républicain et ne sera pas objectif. De plus, le conflit ayant pris fin le 1er avril 1939, on comprend aussi que le discours de madame Ibaruri est effectué vers la fin de la guerre d’Espagne qui sera remportée par les forces fascistes. Le discours est un hymne à la reconnaissance espagnole, soit envers les hommes ayant formés les brigades internationales et ayant activement pris les armes afin de sauver l’Espagne du fascisme et défendre la « liberté » des Espagnoles et Espagnoles. On démontre ici, comment ces individus ont abandonné leur vie passée pour venir en Espagne combattre et comment beaucoup d’entre eux sont restés, soit en temps que prisonnier des Fascistes ou en temps que cadavre, dans le pays même après la défaite du camp des Républicains. Tel que décrit plus tôt, le discours n’est pas objectif et est rempli d’émotion étant donné que le camp était en train d’être défait. On tente ainsi de se réconforter dans la défaite et d’essayer d’y voir un avenir meilleur plus tard. Cependant, le document reste très intéressant à étudier afin de mieux comprendre le climat social et politique de l’Espagne à la suite de la guerre civile. Quelle fut l’attitude du peuple espagnol face à ces combattants étrangers venus de partout en Europe afin de défendre la démocratie ou le socialisme dans un pays différent du leur?

LA DÉFAITE

Au début du discours, madame Ibaruri nous dit « lorsque le souvenir des jours de détresse et de sang se sera estompé ». Il faut ici comprendre, le moment de tristesse malgré la fin de la guerre d’Espagne que le pays traverse. Que ce soit d’un côté comme de l’autre, les pertes ont-été nombreuses, environ 100 000 individus dans chacun des camps. À cela, nous devons rajouter les morts civiles, ce qui permet aux chiffres de monter à environ 500 000 morts au total, soit presque le même nombre de morts que la France connaitra durant le conflit de 1939 à 1945. Il s’agit donc d’un conflit majeur a marqué de « détresse » le peuple espagnol et qui a détruit une bonne partie des familles du pays. L’auteure poursuit ensuite en disant : « lorsque les rancœurs seront mortes et que tous les espagnols sans distinction connaîtront la fierté de vivre dans un pays libre ». Il faut ici comprendre que le conflit en Espagne est interne au pays. Contrairement aux conflits armés qui se sont déroulés à l’international, par exemple lors de la Deuxième Guerre mondiale, l’Espagne se retrouve déchirée en deux camps à l’interne combattant pour le contrôle du pays. Ibaruri parle ainsi de « rancœurs » puisqu’il serait faux de penser que dès la fin du conflit, les deux camps redeviennent amis et cessent de se détester. La deuxième partie de la citation fait référence au gouvernement fasciste qui tente de se mettre en place. En effet, l’auteure parle ici de la défaite du côté de la liberté, qu’elle perçoit comme le camp des républicains.

UN MOUVEMENT PLANÉTAIRE

Les Allemands et les Italiens rejoindront, dès le début du conflit, le camp des Fascistes sur la péninsule ibérique. De leurs côtés, les puissances démocratiques choisiront plutôt de rester neutres et de ne point intervenir dans le conflit. Plusieurs individus provenant des ces différentes nations (démocratiques et communistes) verront une injustice envers le peuple d’Espagne et un abandon du territoire au main des Fascistes. Ibaruri nous démontre cette mobilisation provenant de partout dans le monde afin de venir sauver l’Espagne d’une révolution d’extrême droite par ces quelques mots : « franchissant les océans et les montagnes ». Ces mots sont très importants puisqu’ils démontrent la provenance des différents pays des membres des brigades internationales. Les montagnes font ici référence aux Pyrénées séparent l’Espagne de la France (volontaire français et belges) et autres chaînes de montagnes françaises séparant les pays d’Europe de l’Espagne. Les océans font référence aux pays d’Amérique (États-Unis d’Amérique et Canada) d’où plusieurs individus sont venus combattre aux côtés des républicains en Espagne. Ils sont aussi vue comme des libérateurs et des sauveurs comme dans l’expression utilisé par Ibaruri : « des croisés de la liberté ». On reprend ici l’image du croisé européen durant le moyen-âge allant libérer et protéger les chrétiens de l’Est et du Moyen-Orient.

UNE CAUSE PLANÉTAIRE

Les causes qui sont défendues en Espagne contre les Franquistes sont la liberté, la solidarité et l’antifascisme. Ce sont des causes derrière lesquelles des individus du monde entier peuvent s’associer. Une victoire en Espagne du fascisme est un pas de plus vers la monté des puissances de ce mouvement politique partout en Europe. Ibaruri dit : « Votre cause, la cause de l’Espagne, est la nôtre ». Elle démontre ici comment la victoire des Républicains en Espagne est un pas de plus vers une victoire sur tout les régimes fascistes en Europe ce qui était l’objectif du Komintern depuis les années 1934-1935. Plusieurs des membres du groupe des brigades internationales défendent les principes du communisme et même de l’anarchisme. C’est une cause qui, contrairement au fascisme qui met en priorité la mère patrie, est internationale et veut se propager partout sur le globe afin de permettre la révolution prolétaire. L’utilisation des termes « Camarades des Brigades Internationales » fait directement référence aux langages déjà utilisé dans les pays communistes afin de s’associer entre « bons » compatriotes.

LE DÉPART

La fin du discours met en évidence le départ, amené par une forte possibilité de défaite du camps Républicains sur le territoire d’Espagne. On comprend ici que le départ n’est pas nécessairement voulu mais bien obligatoire puisque le nouveau régime qui sera mis en place sur le territoire n’était pas favorable aux socialistes et communistes étrangers. Ibaruri dit « vous repartez, certains de vous dans leur pays, d’autres vers un exil forcé ». Ici, deux éléments importants sont mis en évidence. Certains partisans des républicains auront la possibilité de repartir dans leur pays puisque ceux-ci sont démocratiques ou communistes. D’autres partisans, qui auraient voulu rester en Espagne, ne pourront pas le faire puisqu’ils ne sont pas du bon côté des victorieux de la guerre. Finalement, certains « camarades » ne pourront retourner dans leur pays puisqu’ils proviennent de pays déjà fascistes (volontaires Italiens, Allemands, Hongroies, etc.).

UNE CAUSE DÉMOCRATIQUE ?

Finalement, l’oratrice veut associer les différentes idéologies afin de contrer les Fascistes alors que celles-ci n’ont pas beaucoup de choses en commun. Elle dit : « l’exemple héroïque de la solidarité et de la démocratie universelle » lorsqu’elle parle de ce qu’ont effectué les membres des brigades internationales en Espagne. On sait qu’une grande partie des membres des brigades étaient communistes, voir même anarchistes, et que même Ibaruri était elle-même une partisane communiste. Associer le communisme, foncièrement totalitaire et anti-démocratique, à la démocratie permet de rallier tout les antifascistes sous une même bannière.

CONCLUSION

Le discours présenté par Dolores Ibaruri est un remerciement de la part des Espagnols de gauche envers les différents volontaires ayant participé aux combats contre les forces fascistes. Il est aussi rempli d’espoir d’un avenir meilleur pour les Espagnoles ainsi que pour les antifascistes à travers le monde.

Pour aller plus loin:

ALPERT, Michael. The Republican army in the Spanish civil war, 1936-1939. Cambridge University Press, 2013.

MALTONE, Carmela. Les antifascistes italiens dans la guerre d’Espagne : histoire et mythe de la Brigade Garibaldi. Garibaldi : Héritage et Mémoire, Centre Interuniversitaire de Recherche sur l’Italie, Oct 2007, Toulouse, France.

FEATHERSTONE, David. Solidarity: Hidden histories and geographies of internationalism. Zed Books Ltd., 2012.

SKOUTELSKY, Rémi. “L’engagement Des Volontaires Français En Espagne Républicaine.” Le Mouvement Social, no. 181, 1997, pp. 7–29.

SKOUTELSKY, Rémi. L’Espagne après l’Espagne: La mémoire des Brigades internationales. In: Matériaux pour l’histoire de notre temps, n°70, 2003. Espagne : la mémoire retrouvée (1975-2002) sous la direction de Robert Frank. pp. 27-33.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.